Tu l’avais promis! Donne-le-nous l’Esprit Saint, je t’en prie!

Jésus s’écria : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive, celui qui croit en moi ! Comme dit l’Écriture* : De son cœur couleront des fleuves d’eau vive. En disant cela, il parlait de l’Esprit Saint qu’allaient recevoir ceux qui croiraient en lui. » (Jn 7:37-39) « Si tu savais le don de Dieu  »
*https://www.aelf.org/bible/Is/55

L’Esprit Saint est pour TOUS sans exception. « Père au nom de Jésus, donne-moi l’Esprit Saint. »

Du Death Metal à Jésus-Christ.

Du Death Metal à Jesus Christ :    « A l’adolescence, j’étais dans une spirale d’autodestruction: insomnie, joints, alcool, scarifications (…) j’étais à fond dans le black et le death metal: satanisme, suicide, tout ce qui est morbide. Je vivais une angoisse et une oppression continuelle (…) A Paray le monial, j’ai rencontré un « metalleux », comme moi. Il m’a dit comment Jésus avait bouleversé sa vie (…) je me suis mis à genoux, j’ai prié. L’Amour de Dieu est descendu sur moi, physiquement, m’a visité entièrement. »

Remplie de l’Esprit Saint à l’hôpital.

Le « Souffle de Vie » nous avait confié Véronique (nom d’emprunt), une future maman en détresse : « J’ai fait mon éducation toute seule » se vantait-elle ! Entendons par là qu’elle n’avait pas été éduquée. Elle était grossière, elle nous répondait impoliment en présence de nos enfants. Ça ne pouvait pas durer. Un jour, elle a vraiment dépassé les limites de l’acceptable. Pensant sans doute qu’on allait la renvoyer, elle monta dans sa chambre et fit sa valise. Je l’y rejoins et lui dis : « Véronique, ça ne sert à rien de t’en aller. Tu vas emporter tes problèmes avec toi. Ce qu’il te faut, c’est changer de vie. Et ça, tu peux le faire ici même. » Elle semblait étonnée, intéressée. Je continuai : « Seule, tu n’arriveras pas à changer. Il n’y a que le Seigneur Jésus qui peut t’en donner la force. Veux-tu que l’on prie ensemble pour toi ? » Elle accepta. Je commençai à prier à haute voix et je la vis prolonger ma prière  à voix basse. Me revint à l’esprit une parole d’Évangile lue pendant la journée : « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. …   Recevez l’Esprit Saint » (Jean 20 ; 21). La voyant bien disposée, je lui imposai les mains et dis : «  Reçois l’Esprit Saint, Véronique … »                       

Véronique avait de réels problèmes de santé dont elle refusait de tenir compte. La nuit suivante, je l’entendis pousser des râlements. Elle fut hospitalisée aux soins intensifs. Quand elle sortit du coma provoqué, lors d’une visite, elle me dit : « J’ai peur, reste avec moi !  » Ça me faisait très mal au cœur de la laisser seule mais je ne pouvais pas faire autrement. Ma famille nombreuse m’attendait. D’autre part, aux soins intensifs les visites sont très courtes ! Mais il me restait une solution : la prière. Je reçus l’idée de lui envoyer mon ange gardien. Je dis simplement à ce dernier: «  SVP. Va auprès de Véronique !…. et restes-y. » Figurez-vous qu’il le fit !! Le lendemain, tandis que je lui rendais visite, Véronique  me dit : «  J’ai reçu la visite de quelqu’un, un prêtre…. Il m’a serré la main et il est resté dans un fauteuil près de moi toute la nuit. De sa tête sortait une lumière et j’ai reçu l’Esprit Saint. Et maintenant, je n’arrête plus de prier…. » Après cette irruption de Dieu dans sa vie, Véronique fut toute renouvelée. Elle avait trouvé  un sens à sa vie et faisait désormais tout pour plaire…

Jésus ne refuse jamais l’Esprit Saint.

L’Esprit Saint est pour tous. De même que le soleil brille sur les bons comme sur les méchants, l’Esprit Saint offre ses bienfaits à tous ceux qui se présentent le cœur ouvert devant Dieu avec persévérance.
Par l’action du Saint Esprit, Dieu  transforme le monde en profondeur pour en faire son Royaume d’Amour.

« Tu seras comme un jardin arrosé, comme une source jaillissante. »(Is.58:11)

Quand des moines arrivent dans un désert et qu’ils y apportent une végétation luxuriante, la VIE, c’est tout simplement merveilleux, c’est plein d’espoir! Oui la prière fait des miracles! « Viens Esprit Saint, éclaire tous les hommes et toutes les femmes pour qu’ensemble nous transformions notre monde en une espère de paradis sur terre. »
https://www.youtube.com/watch?v=oc2xjUrGHvs

Pape François: « Avec lui nous pouvons faire de grandes choses…Misez sur les grands idéaux, sur les grandes choses. Nous, chrétiens, ne sommes pas choisis par le Seigneur pour de petites bricoles ; allez toujours au-delà…Jeunes, jouez votre vie sur de grands idéaux…Ouvrons grande la porte de notre vie à la nouveauté de Dieu que nous donne l’Esprit…c’est une vraie joie ! » (28 04 2013)

Moïse avait prié ainsi :  « Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux ! » (Nb 11 :29) Alors, oui, tous les déserts du monde fleuriraient! Ô Dieu d’Amour, que vienne ce temps!

Marie favorise l’action de l’Esprit Saint.

La Vierge Marie dit ceci à Medjugorje :

« Mes chers enfants, si vous voulez venir à l’école de la prière, alors vous devez savoir qu’il n’y a pas de week-ends à l’école. Vous devez vous rendre à l’école de la prière chaque jour en tant qu’individu, en tant que famille et en tant que communauté. Mes chers enfants, si vous voulez prier mieux, alors vous devez prier plus, car prier plus est une décision personnelle, mais prier mieux est une grâce, une grâce donnée à ceux qui prient plus » (cité par Ivan le 11 février 2010) 

Abbé Raymond N’guetta

Neuvaine à l’Esprit Saint en préparation à la fête de Pentecôte. A Bruly de Couvin avec l’abbé Raymond N’guetta. Bravo pour cette initiative!
https://www.facebook.com/nmjao/videos/3909120755795588/?epa=SEARCH_BOX


L’ESPRIT SAINT est un Esprit d’UNITE. « Agir comme un seul peuple. » Pape François.


Après cette pandémie, « nous ne pouvons pas nous permettre d’écrire l’histoire présente et future en tournant le dos aux souffrances de tant de personnes ». (pape François)

Ressusciter après la pandémie.

Cette pandémie nous a permis de prendre conscience de l’importance « d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral », estime le pape. L’effort solidaire du confinement, rendu possible grâce à chacun, prouve en effet que nos actes ne sont pas isolés. Cette leçon brise « le fatalisme dans lequel nous nous sommes plongés et nous rend architectes et protagonistes » d’une histoire commune.
C’est en agissant comme un seul peuple face aux autres épidémies futures, que l’impact sera réel, poursuit le successeur de Pierre. Ainsi il interroge : « Serons-nous capables d’agir de manière responsable contre la faim dont souffrent tant de personnes, sachant qu’il y a de la nourriture pour tout le monde ? De même, allons-nous garder un silence complice devant ces guerres alimentées par des désirs de domination et de pouvoir ?

Pour ceux qui veulent mener leur enquête plus loin


Marie-Noëlle Thabut, bibliste, commente les lectures de la Pentecôte 2020
https://www.ktotv.com/video/00267305/dimanche-de-la-pentecote-integrale-des-lectures

La tour de Babel -wikipedia

« … vous vous souvenez de l’histoire de Babel : en la simplifiant beaucoup, on peut la raconter comme une pièce en deux actes : Acte 1, tous les hommes parlaient la même langue : ils avaient le même langage et les mêmes mots. Ils décident d’entreprendre une grande oeuvre qui mobilisera toutes leurs énergies : la construction d’une tour immense… Acte 2, Dieu intervient pour mettre le holà : il les disperse à la surface de la terre et brouille leurs langues. Désormais les hommes ne se comprendront plus… Nous nous demandons souvent ce qu’il faut en conclure ?… Si on veut bien ne pas faire de procès d’intention à Dieu, impossible d’imaginer qu’il ait agi pour autre chose que pour notre bonheur… Donc, si Dieu intervient, c’est pour épargner à l’humanité une fausse piste : la piste de la pensée unique, du projet unique ; quelque chose comme « mes petits enfants, vous recherchez l’unité, c’est bien ; mais ne vous trompez pas de chemin : l’unité n’est pas dans l’uniformité ! La véritable unité de l’amour ne peut se trouver que dans la diversité ».


Le récit de la Pentecôte chez Luc s’inscrit bien dans la ligne de Babel : à Babel, l’humanité apprend la diversité, à la Pentecôte, elle apprend l’unité dans la diversité : désormais toutes les nations qui sont sous le ciel entendent proclamer dans leurs diverses langues l’unique message : les merveilles de Dieu.

Ensemble, avec les immigrés!

Vivons ensemble à Chimay.
https://www.facebook.com/groups/234965623525318/

« Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. » (Jn 17 :21) https://www.aelf.org/bible/Jn/17

Voir chapitre 37 du blog Yalla avec les immigrés. https://aveclesimmigres.wordpress.com/2012/12/31/33/

Les réfugiés, nos frères et sœurs.
http://allez-yalla.com/index.php/2020/05/05/2-les-refugies-nos-freres-et-soeurs/

A propos de ce blog: Allez Yalla.
http://allez-yalla.com/?s=A+propos

Cantiques :

https://www.youtube.com/watch?v=KPyumBEpf8M


J’aime l’Eglise même si …

Malgré les défaillances de l’Eglise, son message est trop beau pour passer sous silence. Son message, c’est l’enseignement même de Jésus-Christ. Jésus fait ce qu’il dit et il dit ce qu’il fait. Que faisons-nous de cet héritage?

Dessin de Floris: Ton bonheur, c ‘est Quelqu’un.

J’apprécie que l’Eglise se remette sincèrement en question.

Inquisition, antisémitisme, persécutions en tous genres, richesses, pouvoir et sexe… la liste des griefs faits à l’histoire de l’église catholique est très longue…
https://www.ktotv.com/video/00319828/au-risque-de-lhistoire-du-16-avril-2020

L’Eglise est prophétique.

L’Eglise dénonce les dérives de la société, c’est une des raisons pour lesquelles elle est tellement persécutée. Elle est du côté des opprimés, des sans-voix, des pauvres, des persécutés pour la justice ….



La mafia italienne, Jean-Paul II connait. Il la dénonce avec force, espérant un changement de mentalité de ceux-là qui exploitent les plus petits, qui les méprisent, les tuent froidement.


Le programme de l’Eglise ne plait pas à tout le monde. C’est celui de Jésus-Christ, le Sauveur qui a lutté jusqu’au sang pour libérer l’humanité captive.

« Déployant la force de son bras, il disperse les superbes, il renverse les puissants de leur trône, il élève les humbles, il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides…. » (Luc 1:46-56)

De génération en génération, l’Eglise transmet l’histoire de notre salut.

C’est-à dire qu’elle permet à chacun de faire connaissance avec Jésus-Christ. Mais comment proposer à une personne de faire cette démarche si soi-même on n’a pas encore rencontré intimement ce Quelqu’un? Il est donc indispensable que chaque chrétien prie davantage pour mieux connaître Jésus et l’aimer vraiment avant de parler de Lui. « Qui es-tu Jésus, révèle-toi à moi! »


youPRAY : PASSEZ PLUS DE TEMPS AVEC DIEU.
Nos vies sont parfois tellement surchargées d’activités que nous perdons de vue l’essentiel. Dans ces conditions, réserver un moment pour Dieu chaque jour nous paraît difficile : pas le temps, pas envie…

  • Lire la Bible est parfois ardu. Par contre, l’entendre lire, vidéos à l’appui, c’est agréable. topchretien est un bon outil que vous pouvez de suite essayer en cliquant sur ce lien:
    https://topbible.topchretien.com/luc.1.1/S21/

J’encourage les baptisés à se ranger du côté de l’Eglise …

Sur facebook, par exemple, pourquoi avoir honte d’exprimer sa foi? De temps en temps … Avec humour … Avec créativité!

La vie en Eglise n’est pas triste car son message est tellement lumineux! Le pape François parle même de la JOIE de l’Évangile! Je confirme.

Cessons donc une bonne fois de pratiquer notre foi par routine, et vivons-la avec PASSION … et avec esprit de pardon à l’égard de ceux qui se compliquent leur vie et la nôtre du même coup.


https://www.aelf.org/bible/Lc/10
https://lapin-bleu.croixglorieuse.org/

J’aime l’Eglise même si. https://www.facebook.com/jaime.leglise/

Les  amis de l’abbé Champenois Champenois. https://www.facebook.com/Bourlers/

Observatoire de la christianophobie.
https://www.facebook.com/christianophobie/

Les ennemis de l’Eglise: le laïcisme actif, la mondanité.

Le laïcisme actif.

Lors de la révolution française, l’Eglise a beaucoup souffert. Des congrégations religieuses ont été délocalisées, des prêtres torturés, assassinés … Cette persécution anti-chrétienne continue.
https://www.facebook.com/christianophobie/

La persécution liée à la révolution française a touché la Belgique aussi. A Bourlers par exemple, l’église Saint-Michel est devenue un garde-manger pour le bétail. Mon père, Jean Ballant, qui aimait l’histoire,  raconte pourquoi des tilleuls ont été plantés en l’année 1892 dans tout le pays.

Cliquez sur l’image pour voir un vieux film. Ma nièce fait passer un message époustouflant!


Aujourd’hui, cette église Saint-Michel de Bourlers est en très mauvais état. Malgré que des célébrations eucharistiques y ont encore lieu, les travaux de réparation tardent à venir.

La mondanité.

Le pape François ne cesse de mettre en garde contre ce qu’il appelle un « cancer », une « lèpre », un « ver rongeur qui détruit lentement », une menace « plus dangereuse, car plus subtile, que l’apostasie ».

Dominique Salin, professeur de théologie spirituelle au Centre Sèvres :  La mondanité spirituelle désigne le recourbement de l’être sur lui-même. Elle est donc d’abord une posture théologique : le refus de se détourner de soi pour regarder vers Dieu. » https://www.la-croix.com/Religion/Religion-et-spiritualite/La-mondanite-spirituelle-narcissisme-chretien-2016-02-01-1200736716

Dans son homélie du 16 mai 2020, le pape François explique ce qu’est la mondanité.
https://www.ktotv.com/video/00330286/messe-du-pape-francois-du-16-mai-2020

A 12 minutes, écouter l’évangile du jour et ensuite les commentaires qu’en fait le pape.

Texte de l’homélie (extrait)

«Jésus parle du monde à plusieurs reprises, et surtout dans son discours d’adieu aux apôtres (cf. Jn 15, 18-21). Et il dit ici : “Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi” (v. 18). (…)

Je crois que nous pouvons nous demander : quel est l’esprit du monde ? Quelle est cette mondanité, capable de haïr, de détruire Jésus et ses disciples, voire de les corrompre et de corrompre l’Église ? (…)


La mondanité est une culture ; c’est une culture de l’éphémère, une culture de l’apparence, du maquillage, une culture du « aujourd’hui oui, demain non, demain oui et aujourd’hui non ». Elle a des valeurs superficielles. Une culture qui ne connaît pas la loyauté, car elle change selon les circonstances, elle négocie tout. C’est la culture du monde, la culture de la mondanité. Et Jésus insiste pour nous en défendre et prie pour que le Père nous défende de cette culture du monde. C’est une culture du jetable, selon ce qui convient. C’est une culture sans fidélité, elle n’a pas de racines. Mais c’est un mode de vie, un mode de vie aussi de beaucoup de ceux qui se disent chrétiens. Ils sont chrétiens mais ils sont mondains.

Jésus, dans la parabole de la semence qui tombe en terre, dit que les soucis du monde – c’est-à-dire de la mondanité – étouffent la Parole de Dieu, ils ne la laissent pas croître (cf. Lc 8, 7). Et Paul dit aux Galates : “nous étions en situation d’esclaves, soumis aux forces qui régissent le monde” (cf. Gal 4, 3). (…)

C’est curieux : la mondanité, on peut me dire : « Mais Père, c’est une superficialité de la vie… ». Ne nous faisons pas d’illusions ! La mondanité n’est pas du tout superficielle ! Elle a des racines profondes, des racines profondes. Elle est caméléonienne, elle change, elle va et vient selon les circonstances, mais la substance est la même : une proposition de vie qui entre partout, même dans l’Église. La mondanité, l’herméneutique mondaine, le maquillage, tout est fait pour être comme ça.

(…) Il y a une chose que la mondanité ne tolère pas : le scandale de la Croix. Elle ne le tolère pas. Et le seul remède contre l’esprit de mondanité est le Christ qui est mort et ressuscité pour nous, scandale et folie (cf. 1 Co 1, 23).

C’est pourquoi, lorsque l’apôtre Jean aborde le thème du monde dans sa première lettre, il dit : « C’est la victoire qui a vaincu le monde : notre foi » (1 Jn 5, 4). La seule : la foi en Jésus-Christ, qui est mort et ressuscité. Et cela ne signifie pas être fanatique. Cela ne signifie pas qu’il faille omettre de dialoguer avec tous les peuples, non, mais avec la conviction de la foi, à commencer par le scandale de la Croix, la folie du Christ et aussi la victoire du Christ. « C’est notre victoire », dit Jean, « notre foi ».

Demandons à l’Esprit Saint en ces derniers jours, même dans la neuvaine de l’Esprit Saint, dans les derniers jours du temps de Pâques, la grâce de discerner ce qui est mondain et ce qui est évangélique, et de ne pas nous laisser tromper, parce que le monde nous hait, le monde a haï Jésus et Jésus a prié pour que le Père nous défende de l’esprit du monde (cf. Jn 17, 15).»

Ce qui manque à l’Eglise: que nous soyons tous saints.

La sainteté est à la portée de tous! Les petits ont du flair et ils trouvent facilement ce trésor qu’est la sagesse divine cachée aux sages et aux savants.

Plusieurs papes sont modèles de sainteté. Notre pape François aussi.
https://twitter.com/Pontifex_fr/

Débarrassée de ce qui la défigure, l’Eglise est magnifiquement belle. Kto nous en présente mille visages éclatants.

https://www.ktotv.com/page/presentation#link6

Contre l’esprit de mondanité: la prière avec le CŒUR permet de recevoir l’ESPRIT SAINT.

Jésus est réellement présent dans la sainte Hostie. Beaucoup de personnes en font l’expérience, soit lorsqu’elles reçoivent l’Hostie soit lorsqu’elles adorent Jésus présent dans l’Hostie.

Voici la prière récitée par le Pape devant le Saint Sacrement pendant la messe à la chapelle Sainte-Marthe.

«Mon Jésus, je crois que tu es vraiment présent dans le Très Saint Sacrement de l’autel. Je t’aime par-dessus tout et te désire dans mon âme. Puisque je ne peux pas Te recevoir sacramentellement maintenant, viens au moins spirituellement dans mon cœur. Comme je suis déjà venu, je T’embrasse et je m’unis tout entier à Toi. Ne permet pas que je puisse jamais me séparer de Toi.»

Cantiques:

voir
https://www.youtube.com/watch?v=Rhc_yCYgxII

Jeûne, prière et œuvres de miséricorde.

Prier ensemble, pourquoi pas?

Le Haut-Comité pour la fraternité humaine invite tous les croyants à une prière pour l’humanité le 14 mai contre le Covid-19. Il propose également d’observer le jeûne et de participer à des œuvres de miséricorde

https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2020-05/priere-interreligieuse-religion-covid19-pandemie-coronavirus-14.html

Le Covid-19 est un « danger imminent menaçant la vie de millions de personnes dans le monde ». C’est pourquoi le Comité appelle « tous les humains partout dans le monde de s’adresser à Dieu en priant, en observant le jeûne, en faisant des œuvres de miséricorde et en L’invoquant – chacun là où il se trouve selon sa religion, sa croyance, ou sa doctrine – de mettre fin à cette pandémie, de nous Sauver de ce malheur et d’inspirer les savants des moyens permettant de découvrir un remède susceptible de réduire à néant cette pandémie. »  https://www.cathobel.be/2020/05/journee-de-priere-interreligieuse-avec-le-pape-francois-le-14-mai/

« La prière est une valeur universelle » (pape François)

2 témoignages personnels :

J’étais en train de pleurer quand Hossein est arrivé chez moi. Inquiet, il veut partager ma souffrance: « Vous pas pleurer! Si vous triste, moi triste aussi. »   Je lui explique qu’un être que je chéris est très malade. Ni une ni deux, Hossein se jette à genoux, m’entraine avec lui  dans sa prière et nous lançons notre cri vers le ciel. Les mains levées, il invoque Dieu, Allah, Jésus … avec un cœur tellement sincère ! Il n’y a aucun doute: notre prière est arrivée à destination. Oui, Chrétiens et Musulmans peuvent prier ensemble.

Un autre jour, j’arrive dans une famille musulmane, sans-papiers. Saïda remarque je ne suis pas comme d’habitude. Je lui explique ce que je viens d’apprendre: Aïcha a fait une crise d’éclampsie sur laquelle s’est greffée un AVC. Bref, la petite fille qui est née à 6 mois de grossesse va bien, mais la maman est dans le coma. Comment ne pas exprimer cette situation à notre papa du ciel ? Je dis :  « Saïda, tu es musulmane comme Aïcha, moi je suis chrétienne comme le papa de Stella. Et si on priait ensemble pour le rétablissement d’Aïcha ? » Elle accepta et, avec des mots tous simples venus du cœur, nous avons prié pour  Aïcha et Ines.

Souvent, quand je revois  Saïda, elle me demande des nouvelles. Je lui raconte l’évolution: « Aïcha est sortie du comas, lui dis-je, et elle commence à fixer du regard quand on lui parle. » « Elle commence à dire quelques mots. » « Elle bouge un bras. » « Elle remarche si on l’aide, mais elle a encore un jambe raide… » « Elle est rentrée chez elle avec sa fille ! Elle a de l’aide bien sûr ! » «  Elle parvient à sortir son bébé de son lit, toute seule! .» « Elle commence à sentir des picotements dans la deuxième jambe. C’est plein d’espoir ! » « On dirait qu’Ines comprend la fragilité de sa maman car elle est très sage.» ….

« J’ai vu Dieu. Il ressemble à une maman qui donne le sein à tous ses enfants de la terre, sans distinction. »

Dieu est comme une maman qui aime tous ses enfants, autant l’un que l’autre.

« J’ai vu Dieu ». C’est un réfugié syrien qui m’a raconté cette vision dont il avait été gratifié. Le bon lait maternel, il le savait, ce sont les bénédictions que Dieu nous réserve. Crions donc vers le Ciel  pour qu’Il nous bénisse tous, en ce temps de pandémie. Prions pour que l’unité se fasse autour de Lui. La pandémie est vraiment l’occasion de nous unir une bonne fois. Qu’importe notre religion! Dieu AIME TOUS SES ENFANTS.

Obstacles à la « connexion » avec Dieu : le cœur fermé, le spiritisme,  le rigorisme.

Comment Dieu peut-il exaucer nos prières si nous ne le prions pas avec un cœur qui se repent, un cœur « brisé »?


https://www.aelf.org/bible/Jc/4
Adultères que vous êtes ! Ne savez-vous pas que l’amour pour le monde rend ennemi de Dieu ? Donc celui qui veut être ami du monde se pose en ennemi de Dieu.

Un cœur fermé? C’est celui des personnes indifférentes à la souffrance des autres.

La pandémie de la faim pourrait être facilement combattue. La pandémie du racisme aussi. A CHACUN de le VOULOIR!

Le Covid 19 touche tout le monde, même les riches. Belle occasion pour les nantis sensibilisés par leur propre faiblesse d’ouvrir leur cœur et de crier vers Dieu: « Donne-nous Seigneur un cœur nouveau, mets en nous Seigneur un esprit nouveau. » A répéter jusqu’à changement de mentalité.

Que le Seigneur donne un cœur nouveau à ceux qui ont de grands biens, alors ceux-ci prendront plaisir à partager leurs richesses avec les pauvres et les pauvres pourront  donner le meilleur d’eux-mêmes et ainsi participer activement au relèvement de la société.

Un pauvre qui se meurt de faim, de froid, de la violence, c’est Mozart qu’on assassine.

A quoi sert l’argent placé en banque ? On en a vraiment besoin pour sortir de la misère nos frères et sœurs en humanité !

La Bible dit: 11 Ne ralentissez pas votre élan, …13 Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin, pratiquez l’hospitalité avec empressement.
https://www.aelf.org/bible/rm/12

CARITAS est une œuvre de solidarité internationale. Très sérieux.
https://www.facebook.com/caritasintbe/ Je fais confiance. https://www.caritasinternational.be/fr/urgence-et-developpement/faire-un-don/

Une œuvre locale (Chimay) qui soutient une œuvre à l’étranger. Je fais confiance aussi.  https://www.facebook.com/groups/379945649119235/
https://enfantsdemadagascar.be/?fbclid=IwAR2IDko6u29M8pAMqjPatn1Qzi9lG-geXVuoNo_Sa5hTy_QIdRgcRDfn7aM

NB Je mets en garde les personnes qui ont déjà des difficultés financières. Ne vous appauvrissez pas davantage !

Donnez de l’argent. De nombreuses associations en attendent pour sauver des familles, des orphelins de guerre, …


https://www.ktotv.com/video/25/covid-19-liban-syrie-irak-cest-la-famine-qui-guette

Les démons de l’astrologie, de la divination ne sauvent pas. Ils ne nous guériront ni du coronavirus, ni de l’indifférence.

Soeur Emmanuelle avait pris rendez-vous avec un voyant. Elle déchante. Si nous voulons prendre rendez-vous, que ce ne soit pas avec des voyants, mediums, mais avec Dieu lui-même.


https://www.aelf.org/bible/Is/45 et
https://www.aelf.org/bible/Dt/18 (verset 10)

La messe pour la fin de la pandémie a été célébrée à Rome le 14 mai 2020.

(voir à 6 minutes 20 secondes).

Le rigorisme: « Là où il y a la rigidité, il n’y a pas l’Esprit du Seigneur. » (François)


https://www.youtube.com/watch?v=4NihH_XpN24


Le pape dénonce avec force tout ce qui est rigide dans l’Eglise.

Le rigorisme au Vatican, notre cher pape n’en veut pas. Par exemple, il choisit librement le lieu de  ses déplacements. C’est tellement important de créer des ponts entre tous, de prier ensemble, pour construire la paix.

Lire aussi : https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2020-05/priere-interreligieuse-contre-le-covid-19-le-14-mai.html

Tenez bon dans la prière. Dieu nous aime tous, prisonniers compris.


https://www.chretiens.info/culture/un-groupe-athee-depose-plainte-apres-le-culte-organise-par-kanye-west-en-prison/2019/11/24/12/32/ ge

Seul l’amour seul soulève le monde. Alors confiance, courage, persévérance!


O6 Quand le Seigneur aime quelqu’un, il lui donne de bonnes leçons ; il corrige tous ceux qu’il accueille comme ses fils.
07 Ce que vous endurez est une leçon. Dieu se comporte envers vous comme envers des fils ; et quel est le fils auquel son père ne donne pas des leçons ?
https://www.aelf.org/bible/He/12

Cantiques:

« Si nous nous aimons les uns les autres, nous verrons la gloire du Seigneur. »

http://www.youtube.com/watch?v=_TawCNVxQNU&feature=related

« A la grâce de Dieu! » ou  » Comment ne plus se faire de souci ».

Lâcher prise.

Devant les difficultés de la vie qui lui semblaient insurmontables, ma maman avait l’habitude de dire: « On a fait ce qu’on a pu. Maintenant, laissons tourner la boule. A la grâce de Dieu. » Elle lâchait prise tout en continuant son combat dans la prière! Cette attitude l’a aidée à surmonter bien des épreuves. Aujourd’hui, elle a 97 ans. Elle sort à nouveau victorieuse d’une maladie : le Covid 19 (coronavirus). NB: Maman est atteinte d’Alzheimer et je m’incline devant cette situation. Les plans de Dieu ne sont pas ceux des hommes. Qui suis-je pour conduire Dieu devant mon tribunal?

Libérer son esprit de la peur.

Pourquoi se faire du souci? N.V. Peale dit ceci : « Vous ne devez pas compter parmi les victimes de l’anxiété … vous pouvez fort  bien chasser l’anxiété de votre esprit. Comme le processus d’élimination exige une action énergique et directe, le moment idéal pour réagir, c’est immédiatement. Décidez donc tout de suite de briser votre habitude de vous faire du souci. … On n’insistera jamais assez sur l’importance qu’il y a à libérer son esprit de la peur. Parce que si vous redoutez continuellement une chose, vous avez tendance à  créer les conditions propices à son développement. »  

La Bible met en garde :  « Ce que je crains, c’est ce qui m’arrive. » Job 3 :25 .

D’abord, Peale invite à faire le vide dans son esprit car l’angoisse et les craintes intérieures entravent la circulation de l’énergie mentale et spirituelle. Ensuite, il encourage à meubler notre esprit de pensées saines, d’élans de foi et non de peur et il assure que nous en récolterons les fruits. Les paroles de la Bible font partie du traitement proposé pour sortir de l’anxiété et marcher vers la victoire.

Faire le vide, c’est un début, le remplir d’autre chose, c’est l’étape suivante. Et pour franchir cette étape, l’Esprit de Dieu aussi appelé Esprit Saint entre en jeu. Le chant de louange est une des portes d’entrée de l’Esprit Saint en nous.

Louer Dieu en toutes circonstances. Croire.

« Mets ta joie dans le Seigneur, il t’accordera plus que les désirs de ton cœur. »

« Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Jésus)

Merlin Carothers invite à louer Dieu en toutes circonstances. Il raconte l’histoire d’un homme qui vient d’avoir un accident de voiture dont il est responsable. Personne n’est blessé mais les véhicules sont fort endommagés. Comme il a appris à louer Dieu, il dit : « Merci Seigneur pour cet accident. » Immédiatement, une petite voix lui susurre : « Voyons, tu ne verras jamais rien de bon résulter d’une affaire pareille ! » Mais l’homme persista : « Si, pour autant que j’en remercie Dieu. »  

Cet homme remarqua qu’au cours de la journée, il se remplissait d’une paix toute nouvelle.  Jusque-là, il avait été un chrétien médiocre, mais « à partir de ce jour, sa vie ne fut plus la même. Il avait pénétré dans une nouvelle dimension de la vie victorieuse en Christ, et cela à cause de sa détermination à reconnaître la main de Dieu dans ce qui lui semblait d’abord une erreur stupide et de la malchance. »  

Au groupe de prière une dame témoigne : « J’étais en pleine dépression. Une amie m’a rendu visite et elle m’a invitée à entonner avec elle des chants de louange. Nous avons pris notre carnet de chants. Au début, c’était difficile pour moi de chanter des cantiques joyeux. Ensuite, j’ai éprouvé un grand soulagement, une légèreté inhabituelle. Maintenant, je commence chaque journée par des chants de louange.

Cantique de louange: Mets ta joie dans le Seigneur.


https://www.youtube.com/watch?v=exBEFTnBzuI

« Ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de pondération. » (Timothée 1.7)

Témoignage personnel :

« Nous parrainions   un enfant d’un home. La moitié de l’année, il était chez nous, le reste du temps dans son lieu d’accueil. Nous nous aimions beaucoup. Un jour, cet enfant nous a été retiré pour être rendu à sa maman qu’il connaissait à peine. J’avais une grande peine vu qu’il n’était pas question que nous nous revoyons encore.

J’ai alors décidé de prier un chapelet chaque jour. L’enfant ne nous fut pas rendu, mais à mon grand étonnement, j’ai ressenti une paix profonde qui remplaça la colère que j’avais dans le cœur.

Ce fut une expérience très forte. Je découvris que la Vierge Marie est réellement présente dans nos épreuves si nous la prions et qu’elle nous tient par la main tout au long de notre vie si nous l’acceptons comme mère.

Par la suite, mon mari et moi avons été invités à faire partie des Equipes Notre-Dame. Et ma vie de foi a pris son envol. J’y ai rencontré des frères et sœurs en Eglise qui désiraient eux aussi approfondir leur foi au contact d’autres chrétiens.

Ce fut pour moi le début d’une grande amitié avec Christiane, membre du Renouveau Charismatique.  Elle m’invita à rencontrer des frères et sœurs du Renouveau. Une nouvelle vie commençait pour moi, où l’esprit de peur, de doute était remplacé par l’Esprit Saint… du moins quand je prie. Il faut sans cesse raviver le feu de l’Esprit Saint qui habite en nous.

Accepter de faire la lumière dans sa vie.

Le Renouveau Charismatique insiste sur la nécessité de recevoir l’Esprit Saint en abondance. C’est l’Esprit de lumière. Une image pour expliquer: Quand on ouvre les tentures d’une fenêtre et qu’un rayon de lumière entre dans la pièce, des poussières apparaissent dans l’air. On ne les voyait pas auparavant. De même l’Esprit Saint nous ouvre les yeux. On voit sa vie autrement qu’auparavant et la vie des autres également. On y gagne en liberté.

« Voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. »  (Galates 5 :22) 

https://www.aelf.org/bible/ga/5

« Le Renouveau Charismatique, une chance pour l’Eglise et pour le monde. »


https://africa.la-croix.com/contribution%E2%80%89-le-renouveau-charismatique-une-chance-pour-leglise%E2%80%89/

Merci, frères africains, pour votre pétillant témoignage de foi.

Dans le Renouveau Charismatique, on prie Jésus d’augmenter notre foi. Une foi faible donne des résultats faibles, une grande foi donne des fruits étonnants. La foi ressemble à un grain de sénevé qui, planté en terre, devient un arbre (arbuste). Avec la grâce de Dieu, des miracles se réalisent sous nos yeux, dans des églises de confessions différentes,surtout là où se vit l’UNITE.


https://www.bible.com/fr/bible/63/ACT.1.BFC

Agir par la foi nécessite l’obéissance à la voix de l’Esprit Saint. « Demeurez en Moi » dit Jésus.

https://topbible.topchretien.com/marc.4.1/S21/

07 Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous.

08 Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples.

Les apôtres dirent au Seigneur : « Augmente notre foi. » https://topbible.topchretien.com/luc.17.4/S21/

« Mettez la Parole en pratique, ne vous contentez pas de l’écouter. »


https://www.aelf.org/bible/jc/1

Cantiques:

https://www.youtube.com/watch?v=L9gmrWXjHeE&list=RDL9gmrWXjHeE&start_radio=1&t=5

Shalom alekhem ! Shanti ! Paix et miséricorde ! El-salam âlaïkoum ! Zen !

La paix dans les différentes religions et  philosophies.

La paix! Comment avoir le cœur en paix quand on entend des témoignages comme celui d’Amro? Les années passent et ce jeune Syrien est là, à attendre, attendre … Son cœur saigne, comme celui de tous ceux qui l’aiment. Amro fait tout ce qui est en son pouvoir pour s’intégrer et être régularisé. En vain!

Comment avoir le cœur en paix? Mais … il y a plusieurs sortes de paix. Penchons-nous sur la paix dans différentes religions et philosophies.

La paix dans le Bouddhisme.

Source : Musica Sacra 2012 : «Aucun acte de violence n’est justifié par la parole de Bouddha. La paix et la prospérité comptent parmi les conditions favorables permettant aux hommes et aux femmes de suivre le chemin de Bouddha. Bien que dans le bouddhisme il s’agisse avant tout d’expérience spirituelle (méditation) et d’illumination, des bouddhistes s’engagent très activement en faveur de la paix dans le monde et entre les religions. »

Pensées de Dalaï-Lama : Des temples de bonté dans nos cœurs.

« Le but de toutes les principales traditions religieuses n’est pas de construire de grands temples à l’extérieur, mais de créer des temples de bonté et de compassion à l’intérieur, dans nos cœurs. Toutes les grandes religions ont cette faculté. Plus nous aurons conscience de la valeur et de l’efficacité des autres traditions religieuses, plus profonds seront le respect et la vénération que nous leur porterons. Voilà le bon chemin à suivre si nous voulons promouvoir une compassion véritable et un esprit d’harmonie entre les religions ». (Par Sa Sainteté le Dalaï Lama. « Mon Autobiographie spirituelle »)

« Il y a un passage magnifique dans la Bible qui nous engage à transformer les épées en socs de charrue. J’aime cette image d’une arme retournée en un instrument au service des besoins humains fondamentaux. Elle symbolise une attitude de désarmement intérieur et extérieur. Dans l’esprit de ce message ancestral, il me paraît important de souligner aujourd’hui l’urgence d’une politique longtemps attendue afin de démilitariser la planète entière. » (Dalaï Lama)

Selon le Dalaï-lama, la paix ne se décrète ni ne s’impose par la force. Fruit de la compassion, elle mûrit dans le cœur humain et rayonne sur le monde :

« C’est la compassion qui est le fondement de la paix. Et la paix ne signifie pas seulement l’absence de violence ou de guerre. La paix est bien plus que cela. La paix, la vraie, est, je crois, le fruit de la compassion. »

(Source : Bouddha Bouddhisme Enseignements un espace Facebook animé par Lobsang Palden).

 La paix pour les Hindous

La paix (shanti) veut dire d’abord la paix intérieure, la maturité spirituelle et la paix avec Dieu. Comme le sampsâra (le monde en devenir) est plein de souffrance d’après la pensée hindoue et que la souffrance des individus dépend de leur karma, la paix sociale, comme équilibre entre pauvre et riche, n’est pas un sujet vraiment urgent. En définitive, chacun se crée soi-même son destin. Ce qui est décisif n’est donc pas ce monde-ci, mais l’évolution spirituelle, la renaissance à venir et la libération par rapport au cycle de la souffrance. Conserver la paix extérieure et combattre la pauvreté passent toutefois pour des actes très méritoires. (Source : Musica Sacra 2012).

Gandhi : les exigences de l’ahimsà. « La vie est une aspiration. Elle nous pousse à rechercher la perfection de toutes nos forces. Nos faiblesses et nos limites ne nous autorisent pas à rabaisser cet idéal… Celui qui lie sa destinée aux exigences de l’ahimsà, à la loi de l’amour, aide à vaincre les forces de destruction et à faire progresser celles de la vie et de l’amour. Au contraire, qui ne jure que par la violence fait le jeu de toutes les énergies maléfiques qui sèment la mort et la haine. (Epistola  janv. 2001).

La paix en Israël.

Shalom-Chalom. « Le souvenir de la paix perdue du paradis derrière nous, l’espérance de la paix céleste de la fin des temps devant nous, tel est notre chemin. La paix, en hébreu Chalom, est ce à quoi la Torah (enseignement) veut nous éduquer : Chalom, c’est être entier, être sain, être intact, en famille, avec les voisins, dans la communauté, avec d’autres peuples. Suivant le Talmud, l’absence de paix retarde le salut. » (Musica sacra)

Rachem-Misericordia.wmv

La paix en islam.

Après la vague d’attentats à Paris, Bruxelles, … Molenbeek fut montrée du doigt, comme s’il s’agissait d’un nid de terroristes. Dieu merci, j’ai eu l’occasion de rencontrer mr Habbachich, le président des mosquées de Molenbeek ainsi que mr l’imam Abdel Hadi Hassani. Ce fut une consolation pour moi de découvrir que des imams ont l’esprit de paix en eux. Leur rôle est donc important au milieu d’une population déboussolée. « Bon courage à vous! Que Dieu vous protège, vous bénisse!  »

NB: C’est suite à une double invitation que je me suis rendue à Molenbeek: celle d’un réfugié que j’avais connu à Chimay et celle d’un membre de la fraternité sacerdotale Charles de Foucauld, mr l’abbé Jean-Pierre Dupont dont j’ai fait connaissance grâce à Bernadette Masereel, membre elle aussi d’un fraternité Charles de Foucauld. Désormais je fais partie de cette même fraternité.

Le soufisme musulman est favorable à la paix.

« La paix (salâm, de salima : être sain) appartient aux plus hautes valeurs de l’islam. Il faut avoir à l’idée que cela exige une justice équilibrée, entre autres, grâce au respect et au partage mutuels. En cas de conflit, la morale permet de se défendre ou de défendre autrui, mais pas de procéder à des attaques, de causer des dommages à ceux qui ne sont pas concernés et d’ignorer les offres de paix. Paix intérieure et paix extérieure sont liées entre elles. Les pratiques religieuses servent donc entre autres à réduire l’égoïsme et à entretenir la coexistence et la responsabilité. » (Musica sacra, 2012)

Cheikh Khaled Bentounes, maître soufi:

« La vie, c’est l’espérance. Et semer l’espérance aujourd’hui à travers ses actes, c’est s’assurer d’en récolter les fruits demain. Plus la nuit noire avance, plus nous sommes sûrs que le soleil va se lever bientôt. A condition de réfléchir et d’agir. Puisque la terre, l’homme et le sens de notre civilisation sont en crise, il est temps d’œuvrer pour la beauté du monde, la loyauté, le partage… Toutes ces valeurs que nous partageons universellement.» (Psychologies magazine, 4 septembre 2009)

Vidéo : Islam & Terrorisme ! [Pour Ceux Qui Cherchent La Vérité]

 « Assiste ton frère qu’il soit oppresseur ou opprimé ! »

Un homme s’exclama : « Je comprends qu’on puisse assister l’opprimé, mais comment s’y prendre avec l’oppresseur ?». Le Prophète (que la Paix et le Salut d’Allah soient sur lui) répondit : « Empêche son oppression et de cette façon tu l’assisteras. » http://evene.lefigaro.fr/citation/assiste-frere-soit-oppresseur-opprime-5896.php

Y a-t-il deux islam ?


Sami Aldeeb

« Il a fallu aux chrétiens deux siècles pour apprendre à lire la Bible de façon critique. Trouvant ainsi la paix intérieure, s’ouvrant à la modernité et à la tolérance.  C’est ardemment que je souhaite aux musulmans d’entreprendre ce chemin qui leur permettra seul de sortir de l’impasse. » 

Paix et laïcité :
« Nous avons besoin tout d’abord de nous réveiller.» 

« C’est ainsi qu’à la séance d’ouverture de la rencontre de 2003 à Aix-la-Chapelle, l’écrivain Régis Debray, conseiller du gouvernement français en affaires religieuses au sein de l’Etat laïque, posa la question : « Qu’attendons-nous, non-croyants occidentaux, de vous, représentants des grands courants spirituels de l’humanité ? » Nous avons besoin tout d’abord de nous réveiller. Nous avons besoin de gens qui nous ouvrent les yeux sur le monde tel qu’il est : injuste, dangereux et peu évangélique. Pourquoi ce besoin ? Parce que nous nous sommes laissés bercés, nous qui fumons chaque jour l’opium du peuple, c’est-à-dire les médias, par l’argent et le confort. Nous avons trop d’administrateurs et pas assez de prophètes. »

(Hilde KIEBOOM, L’Evangile dans la ville.)

Ton semblable, c’est tout être aspirant comme toi à la liberté et au bonheur les plus grands possibles, ce qui suppose le désir de vivre et la capacité de raisonner.

Plutôt que d’asservir ton semblable, d’une façon ou d’une autre, ou d’accepter d’être asservi, tu dois donc chercher à coopérer avec lui à une liberté et un bonheur partagés, se renforçant mutuellement au lieu de s’affaiblir : faire du mal aux autres, c’est se faire du mal à soi-même et inversement. Le bien commun va donc de pair avec le bien propre.
https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/une-morale-laique-est-elle-134949

La paix chez les chrétiens.

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. » Jésus-Christ. (Jn 14 :27)

A Rome, le pape explique ce qu’est la vraie paix.

«Le Seigneur, avant de s’en aller, salue les siens et leur fait le don de la paix, la paix du Seigneur».
https://www.ktotv.com/video/202005121/messe-du-pape-francois-du-12-mai-2020

Il ne s’agit pas de la paix universelle, cette paix sans guerre que nous voulons tous avoir toujours, mais de la paix du cœur, de la paix de l’âme, de la paix que chacun d’entre nous a en lui. Et le Seigneur la donne, mais non pas comme le monde la donne». Il s’agit d’une paix différente.

Le monde te donne la paix intérieure, comme ta possession, comme quelque chose qui est à toi et qui t’isole des autres, c’est une acquisition de ta part: j’ai la paix. Et toi, sans t’en rendre compte, tu te fermes dans cette paix, c’est une paix pour toi», qui rend calme et heureux, mais qui «t’endort un peu, t’anesthésie et te fait rester avec toi-même»: c’est «un peu égoïste». C’est «une paix qui coûte cher parce qu’il faut constamment changer les instruments de la paix: quand on est enthousiaste pour une chose, cela donne la paix pour une autre, puis cela s’arrête et il faut en trouver une autre… C’est cher parce que c’est temporaire et stérile.

Mais la paix que Jésus donne, c’est autre chose. C’est une paix qui vous met en mouvement, elle n’isole pas, elle met en mouvement, elle fait aller vers les autres, elle crée une communauté, elle crée la communication.

La paix du monde coûte cher, la paix de Jésus est gratuite, elle est gratuite: la paix du Seigneur est un don du Seigneur. Elle est fructueuse, elle fait toujours avancer. Un exemple de l’Évangile qui me fait penser à ce qu’est la paix dans le monde: cet homme qui avait des greniers pleins» et qui voulait en construire d’autres pour enfin vivre en paix. «Idiot, lui a dit Dieu, ce soir tu vas mourir». Cette paix de la terre «n’ouvre pas la porte de l’au-delà.

Au contraire, la paix du Seigneur est «ouverte vers le Ciel. C’est une paix féconde qui ouvre et conduit les autres avec soi au Ciel».

Dois-je payer pour la paix ou dois-je la recevoir gratuitement du Seigneur?

A quoi ressemble ma paix? Quand je rate quelque chose, est-ce que je me fâche? Ce n’est pas la paix du Seigneur. C’est l’une des preuves. Suis-je en paix, est-ce que je m’endors?…

Suis-je en paix, et je veux la communiquer aux autres et faire avancer les choses? C’est la paix du Seigneur.

Même dans les moments difficiles, cette paix reste-t-elle en moi? C’est celle du Seigneur. Et la paix du Seigneur est fructueuse pour moi aussi parce qu’elle est pleine d’espérance, c’est-à-dire qu’elle regarde le Ciel.

Le Pape François a ensuite expliqué qu’il avait reçu hier une lettre d’un «bon prêtre» qui lui disait qu’il parlait peu du Ciel, qu’il devrait en parler davantage: «Et il a raison, il a raison, a répondu le Saint-Père. C’est pourquoi je voulais aujourd’hui souligner ceci: cette paix, cette paix que Jésus nous donne, est une paix pour le présent et pour l’avenir. C’est de commencer à vivre le Ciel, avec la fécondité du Ciel. Il ne s’agit pas d’une anesthésie. »

 L’autre paix, oui: vous vous anesthésiez avec les choses du monde et quand la dose de cette anesthésie se termine, vous en prenez une autre et une autre et une autre et une autre…

C’est une paix définitive, fructueuse et contagieuse. Elle n’est pas narcissique, car elle se tourne toujours vers le Seigneur.

L’autre regarde vers soi-même, elle est un peu narcissique.

«Que le Seigneur nous donne cette paix pleine d’espoir, qui nous rend féconds, qui nous rend communicatifs avec les autres, qui crée la communauté et qui regarde toujours vers la paix définitive du Paradis», a conclu le Saint-Père. »
https://www.vaticannews.va/fr/pape-francois/messe-sainte-marthe.html

Heureusement que, dans les monastères, on prie jour et nuit pour la PAIX.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images.png.

Les abbayes sont des havres de paix. Les religieux ressemblent un peu aux grands arbres qui apportent l’oxygène à la planète. On en a plus que besoin … et la plupart parmi nous n’en prennent pas conscience.

Abbaye Notre-Dame de la Paix à Chimay. Fête à l’occasion des vœux de stabilité de sœur Jeanne, une Africaine. Merci aux Africains qui prient et qui agissent pour la PAIX.

Pour que vienne la paix, prions tous ensemble le Notre Père: « … que ton Règne vienne, que ta volonté soit faite… »

Une réfugiée disait: « Je suis musulmane mais je prie le Notre Père de tout mon cœur! »

Les Credos de Jacques BENOIT.

Jacques me permet de partager ses prières. Il me dit:

Tu peux bien sûr utiliser les crédos que j’ai écrits. Ils ne m’appartiennent pas. Les professions de foi, les prières sont inspirées par l’Esprit, elles sont traduites, écrites humainement, parfois de façon incomplète ou maladroite, mais peu importe: l’Esprit s’en sert comme il veut. Comme nous tous, tu es son instrument, alors utilise ces crédos comme bon te semble. Ceux qui ont des antennes capteront ce qu’ils doivent en capter.
Merci. Fraternellement. Jacques.

A chaque Credo, je joins un dessin du père Omer De Ruyver, moine à l’abbaye Notre-Dame de Scourmont.
Pour la mauvaise qualité des photos, veuillez excuser le photographe amateur.

Credo –  Dieu Vivant en nos Cœurs

                 Dieu, Père, Créateur, je crois que tu nous crées chaque jour à ton image. Je reconnais en nous ton style d’artiste, ta marque de fabrique.

Je crois en Toi.

                 « Demeurez en moi, comme je demeure en vous. »  Je crois, Jésus, Fils de Dieu, que Tu résides au plus profond du cœur de chacun. Tu nous appelles tes amis parce que Tu nous offres, en cœur à cœur, la parole qui te vient du Père.

Je crois en Toi.

                  Esprit-Saint, quand nous percevons ta lumière, nous sommes dans l’espérance ; quand nous ressentons ta force, nous transporterions des montagnes ; quand nous respirons de ton souffle, nous créons avec le Père. Chaque fois que nous sommes présents à ta Présence, nous nous savons Vivants.

 Je crois en Toi.

                  Enfants d’un même Père, façonnés de la même argile, créés par le même souffle, nous sommes baptisés dans le Christ, nous en sommes son Corps pour la vie qui ne finit pas.

 Peuple de Dieu, je crois en Toi. 

Credo – Aimez vos ennemis

            Dieu Père, Tu fais lever le soleil sur les bons et les méchants, Tu fais tomber la pluie sur les justes et les injustes. Ton Amour nous invite chaque jour, inlassablement, à choisir la Vie. Nous croyons en Toi.

                   Dieu Fils, Dieu de compassion, par tes paroles d’Amour : « Père pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font », Tu remets debout même ceux qui te tuent. Ta foi en l’homme est inébranlable. Christ vivant, nous croyons en Toi.

                   Esprit de Dieu, Esprit fou, as-tu perdu l’esprit pour nous inciter à aimer nos ennemis ? Mais la sagesse des hommes est folie aux yeux de Dieu. Esprit de sagesse, merci de nous guider sur le chemin vers la Vie. Nous croyons en Toi.

                   Eglise de Dieu, chaque fois que nous écoutons l’autre en nous décentrant de nous-mêmes, chaque fois que nous choisissons la réconciliation, chaque fois que nous libérons celui qui nous a offensés, Eglise de Dieu, Eglise des hommes, Nous croyons en Toi.

Credo – Dieu invite

            Je crois en Dieu, Père, Fils et Esprit, coéternels dans leur relation d’Amour, en Dieu qui nous sort du temps pour que nous vivions, en plénitude, de son éternité.

               Je crois en Dieu qui nous crée, en Dieu qui vient à notre rencontre, nous parle et nous accompagne, en Dieu qui nous inspire, nous encourage, nous donne la force, en Dieu qui nous divinise en Lui.   

               Je crois au peuple en marche, jeunes et vieux, hommes et femmes, malades et bien portants, blancs et noirs et de toutes cultures répondant à l’appel patient de Dieu qui nous propose une humanité divine à la table ronde de son banquet.




Cred-Eau

             Dieu Père, Tu souffles sur les eaux et Tu nous fais naître. Par l’eau, Tu nous gardes en vie avec tous les êtres vivants. Je crois en Dieu Créateur.

             Je crois en toi Jésus. Par l’eau qui coule de ton côté transpercé, Tu nous donnes ta Vie. Par l’eau qui lave les yeux de l’aveugle, Tu nous purifies et nous rends la vue. Par l’eau changée en vin, Tu nous donnes ta Joie.

             Esprit qui irrigue nos déserts, qui s’infiltre dans nos cœurs arides, qui fait germer en nous les semences de Paix, d’Amour, de Joie, je crois en Toi, Tu peux faire craquer les barrages que nous plaçons sur ton cours.

              « J’avais soif et vous m’avez donné à boire ». Nous sommes la main de Dieu pour chacun de ces petits qui sont nos frères. Je crois en l’Eglise, peuple de baptisés et assoiffés de Dieu.

 

Credo-Esprit

            Dieu père, ton souffle nous crée, Il nous fait participer à la Vie. En ouvrant notre esprit, Il nous fait connaître que nous sommes tes enfants. Je crois en Toi.

              Je crois en Jésus qui demeure en moi et moi en Lui. Avec le Père, Il nous envoie un défenseur : l’Esprit de vérité. Nous avons sa Parole.

              Oh Esprit ! Je crois en Toi. Tu viens habiter en nous, nous te reconnaissons car Jésus est venu parmi nous. En Toi, nous nous sentons chez nous, le cœur apaisé, revenu à Dieu.

              Je crois en l’Eglise joyeuse, peuple de baptisés, peuple de prêtres, prophètes et rois. Nous délivrant de nos enfermements, l’Esprit d’Amour nous fait goûter, dès maintenant, à la joie de l’unité.

Credo – Fils

             Dieu Père, dans ton souci et ta bienveillance pour les hommes, Tu nous envoies le Fils et par là même, Tu nous crées Fils. Nous créer à votre image n’était donc pas suffisant pour mesurer l’amplitude de ton Amour ?

             Père Créateur, nous croyons en Toi.

             Verbe de Dieu, Fils de Dieu, Fils de l’Homme, Lumière de Dieu, Tu demeures en nous et nous en Toi. Tu fais de nous ton lieu de parole. Tu fais de nous ton Corps. Tu partages en nous ta nature divine.

             Fils offert, nous croyons en Toi.

             Dieu-Esprit, Esprit de famille de Dieu, Esprit de Vie. Promis par le Fils, Tu es notre défenseur, notre inspirateur, notre consolateur. Avec le Fils, vous êtes les premiers de l’équipe des routards de l’humanité avec Gabriel, Michel, Raphaël et tous les autres.

             Esprit d’Amour, nous croyons en Toi.

             Nous tous, Eglise de Dieu, peuple de fils et de filles, chaque fois que nous sommes le cœur, les yeux, les mains de Dieu pour nos frères et sœurs, nous sommes co-créateurs divins. Bénies soient les mères qui en portant leur enfant, portent en leur sein le Fils de Dieu lui-même.

             Humanité de Dieu, nous croyons en Toi.

Credo – Famille

             Dieu qui est, qui était et qui vient, nous sommes tous tes enfants, tes héritiers. Dieu, Père-Mère Créateur, Je crois en Toi.

             Jésus, Fils de Dieu incarné dans la famille de Marie et Joseph, Tu viens habiter chez nous pour nous annoncer la bonne nouvelle que Dieu nous aime. Tu nous demandes de l’aimer et de nous aimer les uns les autres en frères et sœurs. Je crois en Toi.

             Esprit de Dieu, Tu procèdes du Père et du Fils, Tu es l’Esprit de famille divin. Tu inspires et unis la famille humaine pour toujours. Je crois en Toi.

             Peuple de filles et de fils d’un même Père, réunis en petites églises d’amour, foyers où naissent foi, espérance et charité. Famille des chrétiens, je crois en Toi.

Credo-Feu

            Dieu Père, Dieu Créateur, Tu nous as conçus au creuset de ton Cœur. Tu nous crées, Tu nous forges en coulée continue au haut-fourneau de ton Amour brûlant. 

Je crois en Toi.

            Dieu Fils, Jésus ressuscité, Tu es venu apporter un feu sur la terre, un feu qui transforme, qui éclaire et réchauffe les cœurs de ceux qui se laissent embraser. Avec les disciples d’Emmaüs, nos cœurs sont tout brûlants au-dedans de nous lorsque Tu nous parles et nous expliques les écritures.                                                                                                                                        

Je crois en Toi.

            Dieu Esprit, Esprit de feu, Tu brûles nos entraves. Debout, nous prenons notre envol. Ton souffle disperse les cendres de la haine, de l’offense, de la discorde, de l’erreur, du doute, du désespoir, de la tristesse. Sans la poussière, revivent en nous les couleurs de l’Amour, du Pardon, de l’Union, de la Vérité, de la Foi, de l’espérance, de la joie.

Je crois en toi.

            Nous, Peuple des croyants, Eglise de Dieu, avec son Amour, avec sa Parole, avec son Esprit, nous possédons le feu sacré, l’enthousiasme du Créateur de Vie, l’inspiration de Dieu-Artiste à l’œuvre. Par Lui, avec Lui et en Lui, nous sommes Vivants, présence concrète de Dieu auprès de tous.

Je crois en nous.

Credo – Fraternité

             Dieu Père-Mère de famille, Tu nous crées à chaque instant, Tu nous élèves à Toi en nous donnant le rang d’héritier dans une fraternité divine.

               Je crois en Toi.

               Dieu Fils, Jésus, vrai homme, Tu viens en chacun de nous lorsque nous accueillons ta parole et que nous la mettons en pratique au service de nos frères. Christ, Tu nous justifies.

               Je crois en Toi.

               Dieu Esprit, Tu nous inspires des pensées, des paroles, des actes qui nous permettent d’entrer avec nos frères et sœurs dans ta communion d’Amour.

               Je crois en Toi.

               Eglise de Dieu : peuple de pécheurs, peuple saint, peuple de prêtres, de prophètes et de rois ; Eglise en chemin vers Dieu, en chemin par Dieu, en chemin avec Dieu, Eglise vivante, je crois en Toi.

« C’est Jésus et tous ses fans »: Célien, 8 ans.

Credo – Je ne te condamne pas

               Dieu, Père-Mère, Tu nous connais tellement.  Tu connais nos forces et nos faiblesses, nos joies et nos peines, nos courages et nos paresses. Tu nous recrées et nous guéris à chaque instant pour que nous soyons capables de t’aimer. Je crois en Toi, je t’aime.

               Dieu, Fils, Tu nous rejoins partout, toujours. Compagnon, ami, frère, au plus bas que nous soyons, partout, toujours, tu nous libères et nous remets debout. Tu nous donnes confiance, partout, toujours. Je crois en Toi, je t’aime.

               Dieu, Esprit, Tu nous ouvres l’esprit, Tu nous ouvres le cœur, à la beauté de Dieu, à la beauté du monde, à la beauté des Hommes, à la beauté d’aimer ; Tu nous inspires et nous guides ; Tu nous encourages et nous attends. Je crois en Toi, je t’aime.

               Eglise, Famille de Dieu, quand tu crées et guéris, quand tu rejoins, quand tu libères et remets debout, quand tu donnes confiance en soi, quand tu ouvres ton cœur à la beauté, quand tu guides et encourages, je crois en Toi, je t’aime.

Credo – Joie

            « Ce qui fait la joie de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruits. »

Je crois en Dieu créateur qui croit en l’homme, en Dieu Père joyeux des progrès de ses enfants.

              « Demeurez dans mon Amour comme je demeure dans l’Amour du Père. Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

Je crois en Jésus qui nous dit cela pour que sa joie soit en nous et que notre joie soit parfaite.

              Je crois en Toi, Esprit. Tu nous inspires, nous consoles, nous enthousiasmes, nous réchauffes, nous unis, nous fais vivre : Tu nous donnes le « la » de Dieu.

Quand St. Paul nous dit « Soyez toujours dans la joie ». Il nous souhaite d’être toujours en ta présence. Je crois en nous, enfants de Dieu, capables d’être heureux du bonheur des autres, d’être joyeux de la joie des autres, de vivre de partage, d’entraide et d’unité.

Credo  –  Lumière

            Dieu dit : « Que la lumière soit ! » Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres. Dieu appela la lumière jour, ce fut le premier jour. Je crois en Dieu créateur.

          Je crois en Jésus, Etoile de Bethléem. « Celui qui m’a vu a vu le Père » nous dit-Il. Jésus nous fait voir Dieu. Il nous fait passer de l’obscurité à la lumière comme l’aveugle né qu’Il guérit. Il nous fait passer de l’obscurité de nos péchés à la lumière de sa communion.

Avec Syméon, je crois en Jésus lumière pour éclairer les nations.

          Je crois en l’Esprit de Lumière qui plane sur les eaux. Il souffle sur la terre et allume un feu nouveau. Il vient réchauffer et éclairer notre intelligence et notre cœur. Il vient habiter en nous. Nous pouvons ainsi nous voir enfants de Dieu, frères et sœurs, héritiers d’un même Père.  

          Je crois en l’Eglise, peuple en marche vers l’unité, qui dépasse ses aveuglements et qui apporte, par ses filles et ses fils illuminés de Dieu : repères, chaleur et espérance, à tous les égarés que nous sommes. 

Credo  –  Main de Dieu

            Je crois, Dieu, Père, que nous sommes dans ta main, en sécurité. Comme le vase d’argile dans la main du potier, Tu nous crées.

          Jésus, vrai Dieu, vrai Homme, Dieu au cœur de l’humain, Tu nous touches, Tu te laisses toucher, Tu nous relèves, Tu nous libères, Tu nous prends par la main. Tu nous dis : « Lève-toi et marche, crois seulement, ta foi t’a sauvé, va en paix ».

          Esprit de Dieu, Tu nous inspires les pensées, les paroles, les gestes de vie et d’amour. Tu es force, tendresse, compassion, attention, joie, renouveau. Esprit d’unité et d’éternité, je crois en Toi.

          Nous sommes le peuple de Dieu, nous sommes sa face visible. Dieu n’a d’autres mains que les nôtres. Nos gestes d’Amour révèlent notre nature divine. Peuple de Dieu, je crois en nous.





Credo  –   « Qui s’élèvera sera abaissé,  qui s’abaissera sera élevé »

             Dieu aimant, Toi notre seul Père, Tu nous crées frères et sœurs assis à la table ronde de ton Amour. Tu as écrit la musique de notre Vie. Nous croyons en Toi.

           Dieu Fils, Parole de Vie qui secoue nos pesanteurs ; en nous annonçant que Dieu nous aime, Tu nous libères du fardeau de nos péchés et de nos oppressions. Tu te fais Homme pour nous donner la dignité divine. Jésus, ton joug est aisé et nous unit à Toi. Avec Toi nous sommes debout. Nous croyons en Toi.

           Esprit de Dieu, Esprit de feu, Tu brûles en nous ce qui est signe de mort : les branches stériles de nos égoïsmes, de nos dominations, de notre orgueil, de notre suffisance, de nos péchés.   Esprit de Dieu, souffle fragile, brise légère, Tu t’insinues dans notre cœur et notre esprit, Tu nous inspire les pensées, les paroles, les actes de fraternité, de partage, de joie, d’amour et de foi. Nous croyons en Toi.

           Eglise de Dieu. Chaque fois que nous jouons la symphonie d’Amour écrite par le Père ; chaque fois que nous mettons le levain dans la pâte ; chaque fois que nous sommes le sel de la terre ; chaque fois que nous sommes frères et sœurs unis au service de chaque humain ; chaque fois que notre Joie est la Joie de Dieu ; Eglise de Dieu, Eglise des Hommes, nous croyons en Toi.

Credo – Unité

             Dieu Père-Mère, à chaque instant, Tu nous crées, Tu nous crées tes enfants, Tu nous réunis dans ta maison. Nous croyons en Toi.

           Dieu Fils, Tu viens jusqu’à nous dans nos limites et nos faiblesses. Tu nous appelles à te suivre. Ta parole d’Amour nous invite à construire ton royaume d’Unité. Nous croyons en Toi.

           Dieu Esprit, par ta force, ta tendresse, ta lumière, ta chaleur, Tu nous fais percevoir l’Unité de Dieu ouverte à y sublimer l’Unité des hommes. Nous croyons en Toi.

           Corps du Christ, Eglise de Dieu, filles et fils d’une même famille, peuple en marche vers l’Unité, nous croyons en Toi.




Credo  –  Veiller

            Je crois en Dieu Créateur, notre Père-Mère veillant et bien-veillant, attentif à tous ses enfants soumis ou rebelles, faibles ou forts, jeunes ou âgés, de toutes races et de toutes cultures.

          Je crois en Dieu Fils, Parole vivante et agissante, parole qui instruit, parole qui encourage, parole qui console, parole qui commande : Parole aimante de Dieu qui nous accompagne jusqu’à la fin du monde.           

Je crois en Dieu Esprit qui nous éclaire, nous laisse entrevoir la lumière au bout de nos tunnels, nous inspire, nous donne l’énergie pour la construction du Royaume d’Amour Divin.

              Je crois en nous, peuple d’enfants en marche, qui reconnaissons notre Dieu et acceptons d’être ses mains et sa bouche pour agir auprès de nos frères et sœurs et d’être ainsi présence de Dieu à tous, présence d’éternité en dignes héritiers de notre Père-Mère.




CREDO – ESPRIT DE PENTECÔTE

« Et moi je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur, pour qu’Il demeure éternellement avec vous »

(Jn 14,16)

Esprit du Père, Esprit du Fils. Viens !

Esprit de toujours, Esprit d’éternité. Par la force du Verbe, règne sur le monde.

Esprit de Joie, ton souffle disperse les cendres. Sans la poussière, revivent les couleurs.

Esprit de Vie, Tu irrigues nos déserts. Confiant, le grain peut germer.

Esprit Créateur, ta sève déborde. Dans le bois mort éclatent les bourgeons.

Esprit de feu, Tu brûles nos entraves. Debout, nous prenons notre envol.

Esprit d’Amour, Tu nous fais héritiers du Père. Nous sommes enfants de Dieu.

Esprit d’Unité, Tu nous fais Créateurs : En Dieu, nous donnons la Vie.

Esprit du Père, Esprit du Fils, Esprit de l’Homme. Viens !

Et si l’on priait avec le groupe Glorious pour que Dieu nous éclaire?

Voir aussi:
“Je crois en Dieu. Je suis incroyant. J’ai perdu la foi”: que signifient ces déclarations si finalement on ne peut dire de quoi ou de qui il est question ? 
https://resurgences.be/fete-de-la-sainte-trinite-annee-a-7-juin-2020-evangile-de-jean-3-16-18/

A propos de ce blog:
http://allez-yalla.com/index.php/2020/05/02/premiere-page/

 
http://allez-yalla.com/index.php/2020/05/11/7-2-la-foi-jusquau-sacrifice-kto/

Pour approfondir notre recherche.

Les dessins de Coolus de la Croix Glorieuse.

Par ses dessins, Coolus explique simplement la Parole de Dieu.
https://lapin-bleu.croixglorieuse.org/

image google – La communauté monastique de l’abbaye Notre-Dame de Scourmont. (Chimay)

Homélie de don Armand Veilleux. Scourmont.

    Jésus avait vraiment manqué de diplomatie.  Il avait réussi à se mettre toutes les autorités du peuple à dos, en les appelant « sépulcres blanchis », en les comparant à des vignerons homicides, en les accusant d’empêcher le peuple d’entrer dans le royaume, et en leur rappelant qu’ils avaient transformé le Temple en caverne de brigands.  Même à l’égard du peuple, il n’avait pas été plus tendre, le comparant à un figuier couvert de feuilles mais ne produisant pas de fruits.  Plus grave encore, il s’était mis du côté des petits et des opprimés.  Et dans ces circonstances le dernier mot est toujours aux violents.

            Cette année, en ce Jour du Dimanche des Rameaux, nous lisons la Passion selon saint Marc.  Or Marc est un narrateur très concret, qui a sans doute, comme les autres Évangélistes, sa vision théologique propre, mais qui nous livre généralement les faits dans leur état brut, sans interprétation. 

            Au cours des siècles, diverses interprétations de la passion du Christ ont été élaborées par les prédicateurs et les théologiens.  Durant le premier millénaire de l’histoire de l’Église, on trouve chez beaucoup de Pères le thème du rachat.  Le démon serait devenu en quelque sorte propriétaire de l’humanité depuis la première faute, et la mort du Fils du Dieu aurait été la rançon payée par le Père pour le rachat des hommes.  Depuis Anselme de Cantorbéry, au 11ème siècle, prévaut une autre interprétation, de caractère juridique.  Le Fils de Dieu se serait fait homme pour expier à notre place notre péché et ainsi apaiser son Père courroucé.  Aucune de ces interprétations théologiques n’est acceptable à notre sensibilité spirituelle et théologique d’aujourd’hui.  C’est pourquoi il est bon de faire abstraction de toutes les interprétations et de relire les faits dans leur objectivité brutale, tels que nous les décrit Marc.

             Les faits sont simples: Jésus est dérangeant, et surtout le message qu’il proclame est dérangeant.  Autour de sa personne se développe une animosité qui devient graduellement de la violence — une violence aveugle, de plus en plus communicative.  D’abord le fait de quelques membres du sanhédrin et de la secte des pharisiens et de celle des Sadducéens, elle s’étend à tout le peuple qui finit par crier d’une seule voix : « Crucifie-le ».

             En relisant ce récit dans le contexte actuel de la guerre en Irak et de la situation de conflit en beaucoup d’autres points du monde, j’ai été étonné de constater l’importance qu’y tient la réalité de la violence et du pouvoir.  Non seulement Jésus, qui a toujours refusé le pouvoir, refuse aussi de se défendre ou de se laisser défendre par la force, mais son Père apparaît aussi sans pouvoir.  Celui qu’on appelle dans le Credo le « tout-puissant » n’a pas pu sauver son fils de la violence et de la malice des hommes.

             Jésus comme son Père, à l’aveugle violence des hommes ont opposé le pouvoir de l’amour et du pardon.  Jésus s’est solidarisé avec les victimes de la violence de toute l’histoire de l’humanité, qui sont toujours vaincues dans l’immédiat par la puissance de leurs agresseurs.  Mais en refusant de répondre à la violence par la violence, il s’est assuré la victoire définitive par les armes de l’amour.

             Nous n’avons pas à imaginer notre libération comme le fruit du paiement d’un rachat ou comme une peine subie à notre place par le Fils de Dieu.  La violence est au cœur de tout être humain et au cœur de l’humanité. C’est en se situant du côté des victimes de la violence que Jésus nous a libérés de celle-ci, démontrant l’aberration que serait la recherche de la libération par la violence et encore plus tout effort d’imposer à d’autres la libération par la violence.  Toutes les voies de libération sont vouées à l’échec sauf celle de l’amour qui est celle que Dieu et son Fils ont choisie.

Pâques, c’est dimanche.
Frère Raphaël Devillers, dominicain

Lorsque vers la fin de ce qui sera notre premier siècle, Jean rédige son évangile, la foi continue à se répandre mais partout elle se heurte à l’incrédulité : « Jésus ressuscité ? Je n’y croirai que si je le vois ! ». N’est-ce pas au fond une objection humaine normale ? Jean nous raconte même qu’elle a bloqué un apôtre : le célèbre Thomas dont le mot hébreu signifie jumeau et qui est en effet le prototype de millions de gens qui lui ressemblent.

Pourtant Thomas avait devant lui les hommes les plus adéquats pour le convaincre : les 10 apôtres, ses collègues. Tous unanimes lui racontaient l’expérience unique qu’ils avaient faite la veille alors qu’il était absent.

A la fin du sabbat, ils s’étaient réunis dans une maison et en avaient verrouillé les portes tellement ils craignaient de voir surgir la police qui devait chercher les collaborateurs de ce Jésus que Pilate avait fait exécuter. Hébétés par l’échec final de leur maître, tremblants de peur devant la menace policière, ils étaient en outre totalement écrasés de honte. Jamais ils n’avaient péché aussi gravement, jamais ils ne se seraient crus capables de trahir ce maître si bon. Tous lui avaient fait le serment de mourir pour lui et tous s’étaient enfuis, l’abandonnant aux mains de ses ennemis. Pierre, le roc, s’était effrité comme de la poussière. Tous se voyaient voués à l’enfer.

Et tout à coup, dans ce huis clos des hommes aux mains sales et aux cœurs souillés,

Jésus vient et il était là au milieu d’eux.

Il n’est pas le fruit de leur hallucination, il n’est pas une construction pour guérir de leur tourment : il vient à eux. Ni la pierre du tombeau, ni les murs ni les cadenas ne peuvent empêcher sa survenue. Il vient d’un autre monde. Mais c’est bien lui, le même, celui qu’ils ont connu. En une fraction de seconde, l’idée a surgi qu’il allait déchainer contre eux sa colère, les condamner pour leur trahison. Mais non.

« Il leur montre ses mains et son côté en disant: « Shalom : la paix soit avec vous ».

Vos remords qui vous rongent, votre peur qui vous tord, votre tristesse qui vous écrase : tout cela je vous l’enlève, je le supprime, je l’anéantis. Ma passion, les ricanements, le fouet, les épines, les clous, la lance : j’ai vécu toute cette horreur pour vous. Car il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.
Vous me suiviez pour sauver le monde : apprenez d’abord à être sauvés.

La mission

En cet instant, un torrent d’une joie inouïe submerge les apôtres et ils se sentent comme ressuscités.

Une 2ème fois, Jésus répète :

« Paix à vous. De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ».
Il envoie son souffle sur eux et dit : « Recevez l’Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez les péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus ».

L’apparition pardonne, remplit de paix et de joie et envoie en mission universelle. Le Christ a achevé l’œuvre reçue de son Père et qu’il a pu accomplir par la puissance de son Esprit. Désormais cette action doit se répandre partout par la parole qui la proclame. Les disciples ne seront pas les exécutants d’un ordre car la mission est un flux unique : le Père est amour et, par l’Esprit, son Fils a diffusé cet amour jusqu’au point maximum de la mort. Maintenant il transmet cet Esprit à ces hommes pour qu’ils répandent ce même amour dans tous les peuples jusqu’à la fin du monde. Ne condamnez pas le monde, ne le dirigez pas : proposez-lui le pardon.

Une paroisse qui organise des projets, qui planifie un programme, qui croit qu’avec de l’intelligence, de la bonne volonté et des ressources suffisantes, on remplit sa tâche pour organiser la liturgie et aider les pauvres n’a pas encore compris la profondeur de ce qu’est « la mission ». L’Eglise n’est pas une entreprise de conversion mais un élan de divinisation, de pacification de l’humanité.

Jamais peut-être n’a-t-on aussi fortement souligné le scandale de la résurrection : Pierre et tous les apôtres peuvent bien raconter mille fois ce qu’ils ont vécu, insister tant qu’ils le peuvent, manifester par leur changement l’authenticité de leur témoignage, Thomas demeure incrédule. Le Ressuscité peut bien passer les murs : il ne peut pénétrer dans un cœur qui le refuse. La puissance divine s’arrête au seuil de notre liberté.
Aussi ne soyons pas surpris si nous-mêmes ne parvenons pas à transmettre ce qui nous tient tant à cœur.

La situation est bloquée. Que faire ?

Rendez-vous dimanche prochain

Huit jours plus tard les disciples se trouvaient dans la maison, portes verrouillées, et Thomas était avec eux. Jésus vient, il était là au milieu d’eux et dit : « Paix à vous ». Il s’adresse à Thomas : « Avance ton doigt, vois mes mains : cesse d’être incrédule mais croyant ». Thomas dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ». Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ».

On dirait que le Ressuscité fait une concession à Thomas mais elle est exceptionnelle: il comprend sa requête puisqu’il ne la condamne pas et il faut que le groupe entier des apôtres fasse l’expérience de Pâques. Mais dorénavant chaque humain est invité à rejoindre le groupe des croyants le 1er jour de la semaine qui est le jour où la communauté se rassemble.

Puisqu’aujourd’hui où, selon l’expression classique, nous sommes « 8 jours après Pâques », nous avons grand intérêt à méditer sur cette nouvelle manière de vivre le temps et sur l’importance essentielle de ce jour que la société a défiguré. On nous a convaincus que samedi-dimanche constituaient le week-end, la fin de semaine. Après les courses aux magasins, les randonnées vers la résidence secondaire ou la recherche d’un restaurant gastronomique, beaucoup se débrouillent pour « avoir sa messe », pas trop longue, vite fait bien fait. Et, en pestant, le lundi matin, on reprend le boulot pour une nouvelle semaine. Archi-faux !!

Les premières générations chrétiennes ont lutté, contre les païens et contre les Juifs, pour modifier la façon de vivre. Faire du 1er jour de la semaine le jour de fête primordial était une singularité bizarre pour l’entourage et cela attirait dérision et sarcasmes. Cette pratique désignait nettement les nouveaux chrétiens lorsque des vagues de persécutions se déclenchaient. Mais pour eux, leur vie nouvelle pivotait autour de cette expérience que les apôtres avaient vécue et que nous venons d’évoquer.

Dans la maison de l’un d’eux, on se rassemblait et on fermait les portes. Il y avait là des gens de tous âges et de toutes conditions. Jeunes et vieux, riches et pauvres, personnalités en vue et dockers s’accueillaient comme des frères. Plusieurs avaient peur, tous reconnaissaient qu’ils étaient pécheurs.

Et le Ressuscité venait au milieu : ils prenaient conscience qu’aucun d’entre eux, ni le président ni le plus cultivé, n’était le centre de leur relations. Ils n’exigeaient plus de le voir mais ils écoutaient sa Parole de feu. Les Ecritures leur prouvaient que Dieu agissait pour sauver l’humanité de la violence et de la guerre. Hors de toutes écoles, ils étaient éclairés par une Vérité qu’ils ne recevaient de personne d’autre. Ils apprenaient à vivre et comment peu à peu on devient un homme et on construit le monde.

Ils n’exigeaient plus de le toucher mais, bien mieux, ils le consommaient comme Pain de Vie. Eparpillés dans le monde, opposés par leurs caractères, dissemblables par leur condition sociale, ils se voyaient unis dans le Ressuscité, recueillis par lui, réconciliés. Partageant un même pain, ils devenaient un seul Corps.

Ils ne voyaient pas le Messie : ils l’étaient. Et leur joie était telle qu’ils n’avaient qu’une envie : annoncer la Bonne Nouvelle d’un Dieu qui n’est qu’amour, d’un Fils qui laisse percer son cœur pour que nous y entrions, d’un Esprit qui est élan de partage. Aussi l’assemblée envoyait les croyants en plein monde ; pleins de l’Esprit, ils n’avaient qu’un désir : transmettre le pardon de Dieu.

Le dimanche n’était pas une routine fastidieuse, un rite obligatoire expédié pour clore la semaine. Tout au contraire, il était la Lumière originelle qui s’allume et va éclairer toute la semaine qui vient. Le dimanche était Jour du Seigneur, jour de l’assemblée, jour de la réconciliation, jour de la Parole, jour de l’Eucharistie, jour de la Paix, jour de la joie, jour du bonheur, source d’une vie signifiante. « Heureux ceux qui croient sans voir ».

Thomas nous dit : Ne demandez pas à voir le Ressuscité. Vivez de sorte que l’on pressente qu’il est au milieu de vous et qu’il justifie votre vie.

Conclusion de l’Evangile

Tout est dit : Jean peut achever son livre.

Jésus a fait beaucoup d’autres signes devant les disciples. Mais ceux-ci ont été écrits afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu et afin que, par votre foi, vous ayez la vie en son Nom.

Lire l’Evangile, chemin de signes qui orientent notre existence pour nous conduire à confesser, comme Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ».
Alors nous vivons. Alléluia !

Frère Raphaël Devillers, dominicain

Résurgences 

par Raphaël Devillers, dominicain  https://resurgences.be/2eme-dimanche-de-paques-annee-a-19-avril-2020-evangile-de-jean-20-19-31/

Frère David Johnson, sauvé le lundi de Pâques.

Frère David Johnson est un grand roux de 34 ans tombé amoureux de la Syrie et des communautés de chrétiens qui y vivent. « Avant d’arriver au Moyen-Orient, je ne savais même pas que des chrétiens y habitaient, or ils sont 2 millions ! », se souvient-il. Le religieux s’est installé dans le monastère de Saint-Jacques le Persan, à Qara en Syrie. Celui-ci regroupe des moines de huit nationalités, dont aucun n’a voulu fuir le pays malgré la guerre civile.

Il salue innocemment des soldats

Lundi de Pâques 2012. Alors qu’un convoi de « l’Armée syrienne libre » (FSA) passe devant le monastère, le frère Johnson les salue de la main, comme il aurait salué un voisin dans son Colorado natal. Mais la situation est tendue, la FSA est en guerre contre le régime de Bachar el-Assad, et ces militants trouvent louche cet étranger qui ne semble pas avoir peur d’eux… Ils l’arrêtent donc, l’accusant d’être « un espion à la solde des Américains ». Johnson se confie : « Au lieu de paniquer, ma communauté s’est immédiatement rendue à l’église pour commencer la liturgie. Ils se sont mis à prier et à célébrer la messe. J’étais dans les mains de Dieu et ne ressentais aucune peur ».

En paix parmi les fusils d’assaut

Ressentant une étrange paix, et même de la joie, le frère Johnson s’est mis à chanter la Résurrection de Jésus à ses ravisseurs dans leur langage natal. Ils furent d’abord surpris, mais le frère réalisa qu’ils l’écoutaient attentivement. « Ils m’ont dit : ‘Nous n’avions jamais entendu cela avant ! Pourquoi ne pas le chanter à nouveau ?’. Alors j’ai recommencé : ‘Le Christ s’est relevé de la mort, abattant la mort par la mort, et à ceux qui gisent dans la tombe, Il a donné la vie’. Les militants se sont mis à rire et à battre des mains ». Ils décidèrent alors de le ramener dans son monastère, mais avant cela, ils souhaitèrent montrer à leurs amis le « frère américain chantant ». « Ils m’ont amené pour faire découvrir les chants de la Résurrection à un groupe de soldats, et ils battaient tous des mains ! Je croyais rêver ! J’avais l’impression d’être entré dans une dimension parallèle », se rappelle le frère Johnson.

Libéré et applaudi

Bien que le moine avance que sa capacité à parler la langue des militants a dû contribuer à sa libération immédiate, il se dit convaincu que les prières de ses frères et le nom de Jésus l’ont sauvé en ce jour de Lundi de Pâques. C’est pourquoi, il conseille à tous ceux qui se préoccupent du terrorisme islamique au Moyen-Orient de prier. « Priez, priez, priez », enjoint-il, et ayez confiance en la sagesse de Dieu. »

CARLO CARETTO – UN PEUPLE EN ATTENTE.

Voilà ! L’humanité est en attente de Dieu. Le peuple élu qui, lui, marche en tête, plus sensible à l’attente, fixe son regard sur l’horizon. Désormais le Messie doit être proche. Que cherche en lui ce peuple, son peuple ? Quels traits s’attend-il à découvrir à première vue, sur le visage du Messie ? La puissance, la gloire, la lumière éblouissante, le triomphe.

Et que voit-il arriver ? La faiblesse, la petitesse, l’obscurité, l’anonymat. Qui a reconnu la venue de Dieu sous les apparences charnelles d’un petit enfant sans défense ? Personne ! Marie, la pauvre maman de Jésus, tient dans ses bras l’inconnu des nations, le vrai “Dieu caché” d’Isaïe. Parmi tous ceux qui l’attendaient, aucun ne l’a reconnu. Personne n’est venu de Jérusalem, la ville sainte, piédestal du trône de Dieu !

Ce fut pire encore ! Quelqu’un s’est déplacé, mais pour tuer l’importun qui venait de manière si différente de ce que l’on attendait. Le peuple le plus religieux de la terre, le peuple élu ne vivait que de cette attente, et cette attente était devenue fièvre, cela se sentait dans l’air. Que cherchait ce peuple scrutant l’horizon messianique, l’aurore de toutes les prophéties ? Il cherchait le Fils de David, le vainqueur, le Dieu des armées, celui qui devait restaurer le royaume, celui qui devait enfin chasser les Romains détestés ! Triomphe, victoire, sécurité : toujours le même rêve !

Et qu’arrive-t-il ? Un pauvre ouvrier, obscur dans un village obscur, et, qui plus est, méprisé. Il n’y a rien à faire, après tant d’années d’attente, personne ne s’est aperçu de sa venue. Les regards cherchaient bien autre chose que la sueur d’un travailleur ou l’anonymat d’un pauvre !

Et comment finit cette histoire ? Le conflit entre Celui qui se dit le Fils de Dieu, le Messie, et ceux qui ne peuvent accepter une telle manière de procéder, ce conflit atteint son paroxysme et se résout par la crucifixion d’un innocent.

Dites-moi, si aujourd’hui, Bethléem, Nazareth, le Calvaire, ne sont pas la démonstration du silence de Dieu, de la pauvreté de Dieu, de ces voies qu’il parcourt en réalité pour venir à nous et se faire connaître ! Et ces voies sont ténèbres ! Oh ! Non point ténèbres pour lui, non point ténèbres en elles-mêmes, car rien n’est plus lumineux que l’anéantissement de Jésus à Bethléem, que la réalité de l’Incarnation à Nazareth, que l’amour infini et libérateur du Calvaire. Tout cela est lumière, et quelle lumière !

Mais cela est ténèbres pour nous qui aimons faire parler de nous, tandis que Dieu est silencieux. Cela est ténèbres pour nous qui voulons la puissance, tandis que Dieu est douceur. Cela est ténèbres pour nous qui voulons jouir, toujours jouir, alors que Dieu, lui, est service et amour gratuit et souvent douloureux.

Le Dieu qui vient, p. 126-127. 

Dimanche des rameaux.13 avril 2003.

Is 50, 4-7 ; Ph 2,6-11 ; Mc 14,1-15,47

Adresse : https://www.citeaux-abbaye.com/images/pdf/lecture_des_vigiles.pdf  Vous pouvez trouver ici les lectures quotidiennes que les moines entendent au cours de l’office de nuit.

« Je sais, Moi, les desseins que je forme pour vous, desseins de paix et non de malheur, pour vous donner un avenir et une espérance. »   (Jr 29 :11)

 Christian DUQUOC.


Le Vivant.

Les récits évangéliques des apparitions sont des récits de communication. Avec un mort, aucune communication n’est plus possible : la mort est la cessation définitive de toute relation. Le mort peut vivre dans le souvenir, sa parole peut être source d’action : le prophète, le sage, l’être aimé vivent dans la mémoire des hommes ; mais ils ne sont plus là pour reprendre leur parole, celle-ci est désormais la possession de ceux qui se souviennent. Jésus est mort : sa parole sur le royaume demeure prisonnière de sa mort. Les disciples se la rappellent sur le chemin d’Emmaüs, ils s’en souviennent comme d’une espérance inouïe, mais aussi comme d’une déception totale et profonde.


Or l’expérience pascale consiste précisément dans la reprise de l’initiative par Jésus : « Il s’est présenté lui-même vivant. » Si les récits évangéliques soulignent le caractère quotidien, matériel des rencontres avec les Apôtres, c’est dans le but de manifester de façon claire et simple qu’il ne s’agit pas d’un souvenir qui évoque Jésus, mais Jésus s’impose, prend l’initiative, demeure maître de sa Parole antérieure, et, finalement, est le Seigneur de sa mort, puisqu’Il permet de l’interpréter à partir de sa vie. La mort brise les relations, mais Jésus se présente aux Apôtres : Il fait éclater le carcan de la mort. Il est libre de communiquer quand Il veut. L’expérience pascale, c’est la communication et la relation restituées, dans une liberté insoupçonnée. Ce n’est pas le souvenir qui commande, Jésus n’est pas le prisonnier de notre mémoire, Il est le Vivant ; et parce qu’Il est le Vivant, Il est Promesse jusqu’à ce que s’accomplisse pour tous la communication, brisure de la mort.


Cette expérience apostolique est la racine de la foi chrétienne : le destin, la non-communication imposée définitivement par la mort, est détruit. Il n’est pas supprimé en imagination, non, c’est en réalité qu’il a cessé d’exister : Jésus s’est présenté lui-même vivant. L’expérience pascale consiste dans le fait que, contrairement à toute attente et à toute expérience, Jésus s’impose comme vivant aux Apôtres et ceci dans leur histoire. Sa vie terrestre et sa Croix en sont autrement illuminées : paroles, gestes, miracles, liberté à l’égard de la Loi, Passion, Crucifixion revêtent une signification qui n’était pas apparue aux disciples. Ils relisent l’Écriture avec d’autres yeux. Jésus avait annoncé le règne de Dieu, Il était le Prophète. Voici qu’Il est le Vivant, le Seigneur. Toute l’attention se déplace vers lui. La brisure qu’Il opère en libérant du destin n’est pas d’abord psychologique, mais objective. La communication rétablie, la relation réalisée transforment totalement la compréhension que l’homme prend de soi-même.                  Christologie. Le Messie, p. 163-164


Le plus grand défi de notre humanité


Blandine Vanderlinden – Dominique van Duyse

Informations de contact
Adresse de courrier
newsletter@dominicains.tv
 
 
Car toute la Loi est accomplie dans l’unique parole que voici : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres.
Ga 5, 14-15
 Le message de Jésus-Christ, que rappelle Paul dans l’ensemble de sa lettre, porte sur deux valeurs essentielles et liées, la liberté et l’amour. Toutes deux forment un couple indissociable et constituent le socle de notre humanité.  Nous sommes libres —et responsables— de nos choix, alors comment les orienter ? Comment leur donner sens ? La réponse nous est donnée par Jésus-Christ dans son commandement suprême.  Arrêtons-nous sur le terme amour. Que signifie vraiment aimer ? Qu’est-ce qu’aimer ? Pour nous, aimer est fondamentalement un acte de foi, il est également une décision, et il n’y a pas d’amour sans liberté. 

Un acte de foi. On ne sait pas dire pourquoi on aime son partenaire, ses enfants, son voisin.  On aime son enfant parce qu’il est son enfant. C’est tout. C’est ainsi… Il n’y a pas d’autre explication…  C’est un acte de foi. Il  peut s’exprimer en « je crois en toi ». 

Une décision, une posture. Aimer c’est décider de porter un regard d’amour vers l’autre, vers la vie. C’est décider que ma vie soit orientée vers, et par, l’amour. Aimer son prochain s’exprime par la bienveillance, le respect, par tout acte lui permettant d’épanouir tout son soi, de prendre son envol. Les exemples d’actes d’amour sont innombrables aujourd’hui : le corps médical qui se dévoue au risque de sa propre santé, les commerçants qui travaillent avec cœur dans des conditions difficiles, les bénévoles qui rendent de multiples services, … Plus humblement aussi, mais tout aussi fort et important, nous pouvons retrouver l’acceptation et le respect du confinement, le port du masque pour protéger l’autre, ou tout simplement apporter de la joie autour de soi. 

Une liberté. Aimer est un élan du cœur, un geste gratuit et sans attente. Si on ne s’aime pas, nos portes intérieures sont fermées. S’aimer soi-même permet d’être libéré de toutes nos peurs et blessures et de s’ouvrir. S’ouvrir à oser aimer l’autre, le seul chemin vers plus d’humanité : un fameux défi !. Blandine Vanderlinden – Dominique van Duyse

Quand rien ne va plus, ou presque, la foi est une bouée de secours.

Quand tout semble perdu, il est bon de penser aux grands témoins de la foi.

On peut faire des miracles avec la foi, s’engager sur de nouveaux chemins.

11 Moïse dit à Dieu : « Qui suis-je pour aller trouver Pharaon, et pour faire sortir d’Égypte les fils d’Israël ? » 12 Dieu lui répondit :  » Je suis avec toi…. » Grâce à la foi, il sortit le peuple de l’esclavage.
https://www.aelf.org/bible/Ex/3

La foi est une façon de posséder ce que l’on espère, un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas.

Et quand l’Écriture rend témoignage aux anciens, c’est à cause de leur foi. »
https://www.aelf.org/bible/He/11

Saint Thomas: « Je ne croirai que si je le vois de mes yeux. »

L’un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : «Nous avons vu le Seigneur !» Mais il leur déclara : «Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets la main dans son côté, non, je ne croirai pas!»
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : «La paix soit avec vous !» Puis il dit à Thomas : «Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant.» Thomas lui dit alors : «Mon Seigneur et mon Dieu !»
Jésus lui dit : «Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu.»
https://www.prionseneglise.fr/textes-du-jour/evangile/2014-07-03

Abraham n’a pas attendu d’avoir un fils pour croire.

18 Espérant contre toute espérance, il a cru ; ainsi est-il devenu le père d’un grand nombre de nations, selon cette parole : Telle sera la descendance que tu auras !

21 car il était pleinement convaincu que Dieu a la puissance d’accomplir ce qu’il a promis. https://www.aelf.org/bible/Rm/4

Moïse n’a pas attendu d’être sorti d’Egypte pour croire. Et nous, devant tant de souffrances et de morts, croyons-nous que Dieu peut nous sauver?

Prions pour que se lèvent une multitude de prophètes, petits et grands.

Chacun est appelé à servir Dieu pour le bien des frères et sœurs en humanité. Tant de souffrances ne peut pas nous laisser indifférents tout de même!
Et moi, vais-je encore attendre pour dire « Je crois, envoie-moi» ?
https://www.youtube.com/watch?v=mgLwH5RdtPk

Quelle attitude face au corona?

Comment peut-on trouver des occasions de se réjouir quand on ne parle que de morts et de souffrances?

« Comme dit Christian Merveille, « C’est parfois en creux qu’on peut découvrir les choses. C’est dans le désert qu’on a le goût de l’eau, c’est au cœur de la nuit qu’on a le goût du jour. Il y a une lucidité qui nous vient parfois dans ces moments-là, quand on se surprend à regarder le monde à travers ses larmes, comme si elles servaient de lentilles pour rendre plus net ce que l’on regarde.” (Jean Hegland – « Dans la forêt ») Avec lui, je vous invite donc à « voir autrement les choses, sous un jour nouveau et éclatant » Comme le printemps l’annonce (avec ce beau soleil en prime !), la vie reprend toujours le dessus, germe discrètement pour finir par s’imposer. Nous pouvons sentir autour de nous où se trouve la vie, là où nos défunts sont vivants, ce qui nous donne vie, ce qui donne vie au monde, là où la vie et l’amour palpitent, la vie partout… »(anonyme)

Combien de temps vas-tu reporter l’appel à t’agripper à la bouée que Dieu te lance?

Voici le temps, Esprit très saint,
Où dans le cœur de tes fidèles,
Uni au Père et à son Fils,
Tu viens répandre ta lumière.
https://www.aelf.org/2020-02-01/romain/tierce

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-12.png.

Combien de temps vas-tu reporter cet appel?
https://www.youtube.com/watch?v=KwPz8Dv6NnA

L’infime coronavirus a  démontré à l’homme qu’il n’est pas tout puissant, mais au contraire : il est tout petit face à Dieu.

Reconnaître que tout est dans la main de Dieu aide à passer le cap, sans trop de crainte.


Psaume 138: 7 Quand je marche au milieu de la détresse, tu me rends la vie, Tu étends ta main sur la colère de mes ennemis, Et ta droite me sauve. 8 L’Éternel agira en ma faveur. Éternel, ta bonté dure toujours, N’abandonne pas les œuvres de tes mains!

Il est bon de savoir que DIEU EST GRAND D’AMOUR! DIEU EST BEAU! DIEU EST BON! Il mérite notre confiance.

Louons Dieu, sincèrement, réjouissons-nous.

Victoire au Seigneur de la vie.
https://www.youtube.com/watch?v=1m6XRUfuL20

Louez-le. https://www.youtube.com/watch?v=3TFba5ftz0Q

Ne pas porter de jugement prématuré, lire entre les lignes facilitent notre vie de foi.

Si nous fixons notre regard sur les richesses du Vatican, si nous regardons les personnes boiteuses, fragiles qui portent le message de l’Evangile, nous risquons de dire : « Nous ne croyons pas à tout cela. » C’est pourquoi il est bon d’APPRENDRE à LIRE entre les lignes, à ECOUTER, les yeux fermés, ce que Dieu, ce que l’Esprit nous souffle.

Pendant la pandémie, la messe avec le pape François est retransmise chaque jour à 7h du matin en direct de Rome. Heureusement, nous pouvons la retrouver sur internet. J’invite tous ceux qui ont soif de comprendre le mystère de Jésus-Christ, le mystère de l’Eglise, à suivre l’une ou l’autre messe et à prier intensément pour le don, le cadeau  de l’ESPRIT SAINT : c’est lui qui donne la FOI.   

NB : Les lectures bibliques commencent avec l’arrivée de la religieuse.


« Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins, déclare le Seigneur. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus des vôtres, et mes pensées, au-dessus de vos pensées. »  https://www.prionseneglise.fr/textes-du-jour/lecture/2011-09-18

Joie pour les cœurs qui cherchent Dieu.

« La foi des chrétiens repose non sur un linceul, mais sur les Évangiles »

Diaporama : http://users.skynet.be/prier/content/linceul.pdf

Venu vénérer l’objet en 1998, Jean Paul II avait vu dans le Saint Suaire « une provocation à l’intelligence ».

Quelles reliques de la Passion ?

Dès la naissance du christianisme, les reliques ont été l’objet d’une attention particulière. On peut comprendre qu’apôtres et disciples aient pris de grands risques pour sauvegarder celles qui ont touché le corps du Seigneur. Hélas les tourments de l’histoire les ont dispersées et la cupidité humaine a jeté le trouble sur l’authenticité de nombre d’entre elles. La recherche historique et archéologique, alliée au progrès scientifique, peut-elle éclairer croyants et incroyants ?

Le Suaire d’Oviedo.

C’est un rectangle de lin destiné à essuyer la sueur, ou appliqué, dès leur mort, sur le visage des suppliciés pour le dissimuler aux passants. Celui qui nous intéresse est conservé dans la crypte de la cathédrale d’Oviedo, en Espagne. Son existence est attestée par saint Cyrille de Jérusalem (315-387) dans l’église du Saint-Sépulcre. Des historiens ont ensuite consigné les étapes de son trajet entre Jérusalem, lors de l’arrivée des Perses en 614, et l’Espagne, où il est mentionné au concile de Braga (679). Au IXème siècle, le roi Alphonse III fera fortifier l’église qui l’abrite, montrant l’importance attachée à ce précieux tissu.

Ce suaire ne représente aucune image humaine mais de nombreuses taches de sang et de sérum dont l’analyse, par informatique, a révélé l’apparition à des moments successifs. La première se forme lorsque le corps en encore en position verticale, écoulement nasal, la tête du condamné étant penchée vers l’avant. La seconde et les suivantes se produisent une heure plus tard e et indiquent avec précision comment le corps a été porté sur sa droite puis sur sa gauche, avant d’être placé horizontalement. Cette étude détaillée a permis de reconstituer plusieurs étrapes entre crucifixion et ensevelissement.

 Les très nombreuses recherches scientifiques ont abouti à plusieurs certitudes : « un linge mortuaire, posé sur le cadavre d’un homme car le mécanisme de formation des taches est incompatible avec un mouvement respiratoire ; la bouche de l’homme était fermée, les écoulements constatés proviennent d’un œdème pulmonaire, le haut de la nuque présente des traces de saignements faites lorsque le corps était encore en vie et qui ont cessé, une heure environ avant le placement du suaire. » (Congrès de 1990 et 1994) De plus, des pollens très anciens de deux espèces endémiques de la Palestine ont été décelés sur ce tissu, en 1978, ce qui pointe une origine géographique précise.

La Tunique d’Argenteuil.

C’est un vêtement souple, en fil de laine, qui se portait à même la peau, réalisé sans couture sur un métier à tisser domestique et peint à la garance. Ces détails témoignent de techniques du Proche-Orient, au début de notre ère. Cette tunique est vénérée comme celle que le Christ portait durant sa Passion, après la flagellation, jusqu’à sa crucifixion. Là où les soldats l’ont tirée au sort, comme le relate l’évangile de Saint Jean. (9 :23)

Certains historiens confirment sa présence dans un coffre de marbre, en partance pour Constantinople, à la fin du VIème siècle. D’autres attendent 1156 pour se prononcer car seule la tradition dit que Charlemagne l’aurait reçue pour son sacre, avant de la confier à sa fille, abbesse du monastère d’Argenteuil, près de Paris. En 1156, on l’y retrouve dans un mur, probablement cachée pour échapper au pillage des Normands. Commence alors une grande période d’ostensions solennelles à la piété des fidèles. De nos jours, on ne peut voir que son reliquaire mais une ostension est prévue tous les 50 ans.

Ce vêtement, malgré son très mauvais état, a lui aussi été ausculté par la science. Les médecins légistes y ont découvert une grande quantité de sang humain séché, du groupe sanguin AB, le plus rare, ses cellules témoignant d’une déshydratation du sujet, ainsi que de la sueur. Les taches observées sont essentiellement réparties sur les épaules et le milieu du dos. Enfin, on y a recensé les deux pollens endémiques de Palestine présents sur le suaire d’Oviedo, ainsi que les spores qui s’y dispersent au printemps, saison de la passion du Christ. Dans les années 2000, des analyses au carbone 14 proposent des datations entre le VIè et le IXè siècle mais elles ne sont pas infaillibles, faisant l’impasse sur leurs lieux de conservation, dans du marbre (de la calcite pure), et, cache sous terre pendant la Révolution, soumise aux composantes chimiques du sol.

Le Linceul de Turin.

C’est de loin la plus connue de ces trois reliques. Il est conservé dans une chapelle de la cathédrale de Turin, depuis le XVIème siècle. On connait approximativement son parcours depuis Jérusalem, grâce à des textes des IIIè et IVè siècles, via Constantinople en 944, puis sa présence attestée en Champagne puis à Chambéry. Il a subi de nombreux dommages dont trois incendies alors qu’il était plié, ce qui laisse des marques symétriques.

Cette pièce de lin (4,39 m x 1,10 m) de grande qualité porte, en négatif, l’image du corps d’un homme, de face et de dos. Des taches de sang y dessinent le tour de ses blessures. Le tissu ne comporte aucun reste de produit, mais une oxydation telle une brûlure, qui n’atteint que la surface des fibres, les traces de sang l’auraient donc imprégné d’abord.

Le mystère de la composition de cette image a imposé tant d’enquêtes historiques et scientifiques qu’il est impossible de les citer toutes. Les premières ont constaté que les blessures correspondent exactement à la description de la passion de jésus de Nazareth dans les évangiles et aux méthodes en vigueur sous le régime romain : répartition des 120 coups de fouet sur toute la hauteur du corps, pour éviter la zone du cœur et la mort prématurée, ou coup de pilum entre les côtes pour l’achever. De plus, le défunt a été enseveli sur le dos, mains croisées sur le bas ventre, à la manière juive. Quant aux analyses chimiques, elles révélèrent notamment qu’aucun colorant n’aurait pu résister à la chaleur de l’incendie (en 1532) qui provoqua la fusion partielle du coffre en argent renfermant la relique.

Mais en 1988, la datation au carbone 14 semble contenter ses détracteurs : elle conduit à une origine médiévale. Or cette analyse a été contestée par des chercheurs de tous bords, à cause du manque de rigueur scientifique de son déroulement. Ils dénoncent des irrégularités dès le début du protocole (une seule technique retenue au lieu de deux, un seul organisme de contrôle au lieu de trois…) l’abandon de la procédure en aveugle, des anomalies dans les prélèvements des échantillons et le non-accès à l’ensemble des résultats.

Il est donc préférable de s’en tenir aux conclusions de recherches rigoureuses, sont, en 2010, le décryptage des lettres, qui avait déteint sur le linceul, destinés à identifier le corps du condamné, un an plus tard, quand on le rendrait à sa famille. « Dans la 16ème année, du règne de Tibère, Jésus de Nazareth, mort à la neuvième heure… »

Mais c’est l’étude comparative avec le Suaire d’Oviedo qui apporte les concordances les plus étonnantes : la superposition des deux linges fait exactement coïncider les taches de sang du visage ; les mêmes pollens anciens y sont été repérés, comme sur la tunique d’Argenteuil ; les trois reliques sont imprégnées du sang du groupe AB, le plus rare. Sachant que les groupes sanguins n’ont été mis en évidence qu’en 1901, qui aurait pu, en au XVIème siècle ou au Moyen-Âge, faire coïncider une telle caractéristique sur les trois reliques ?

Si la liberté humaine est indispensable à l’acte de croire, pourquoi opposer foi et science quand elles peuvent s’éclairer mutuellement ?  (Sabine PEROUSE. Journal Dimanche 19 avril 2015)

Voir aussi :  http://www.30giorni.it/articoli_id_21122_l4.htm

Diaporama – cliquez sur http://users.skynet.be/prier/content/linceul.pdf

La foi jusqu’au sacrifice. (KTO)

Prêtres et religieux pendant la Seconde Guerre mondiale

A l’occasion de la commémoration de la fin de la Seconde guerre mondiale en Europe, le 8 mai 1945, découvrez deux documentaire inédits sur ces prêtres et religieux qui se sont battus contre la barbarie, et ont donné leur vie pour la paix.

La Foi jusqu’au sacrifice

Une Coproduction KTO / GRAND ANGLE (2019), 52 min.

Au cœur de la seconde guerre mondiale, des prêtres et des religieux ont donné leur vie pour la paix. Ils se sont battus avec héroïsme contre la barbarie.  Ils sont morts, souvent jeunes, avant même d’avoir vécu et font l’objet d’un bien fondé devoir de mémoire. Au regard des bouleversements contemporains, leur sacrifice a-t-il été inutile ? Au contraire, à travers de très nombreux et poignants témoignages, d’émouvantes images d’archives ainsi que d’inoubliables séquences tournées au sein même de lieux de mémoire exceptionnels, ce film nous transmet un magnifique message d’espoir. 

BLOCK 26 : 8 mois à Dachau

De 1938 à 1945, près de 3000 prêtres, religieux et séminaristes sont déportés à Dachau. Regroupés dans des blocks spécifiques – qui conserveront pour l’Histoire le nom de « baraques des prêtres ». – un millier d’entre eux y laisseront la vie. Partageant le sort commun des déportés, les prêtres de Dachau s’efforcent de maintenir intacte leur vie spirituelle et sacerdotale. Ce sera le cas du père Gérard Pierré, qui était le dernier survivant des prêtres déportés du Block 26 – il est décédé le 3 avril dernier. Il partage ses souvenirs, sa philosophie de vie qui lui a permis de supporter cette détention.


https://www.youtube.com/watch?v=OVI7c0KsDww&t=1s


Contacter KTO


https://www.ktotv.com/page/contact


Chanter, c’est prier deux fois

Béni soit Jésus qui sème à tout vent, à travers les artistes, peintres, musiciens, …

Eglise de Villers la Tour (Chimay). On y prie pour les vocations.


Pour faciliter la tâche de ceux qui aiment chanter, voici …

Voici un petit choix de chants. Souvent des chants du même genre suivent celui qu’on a choisi.

Ce premier chant est entonné à l’occasion de la fête de Noël par la chorale Chœur à cœur.

Musique des chrétiens d’Orient

Parce qu’il est très important de les porter dans nos prières, pensons aux centaines de milliers de réfugiés et de chrétiens persécutés dans leur pays.

Réfugiée originaire d’Irak, Mariam chante pour Jésus. Voir à 4’40 »
https://www.youtube.com/watch?v=n8aBESHYhAk

Hymne: Je veux être proche de toi, Jésus. « Rise » ترنيمة أنا عايز أكون شبهك يا يسوع – ألبوم مش هاعيش مكسور – الحياة الأفضل

Chants du Renouveau Charismatique ou de l’Eglise Protestante.

https://www.youtube.com/watch?v=aP1OzGL-QsA

Ta bienveillance EXO  https://www.youtube.com/watch?v=3RHUq2vdc5A

Viens Esprit de sainteté https://www.youtube.com/watch?v=LfjJrXBf6s8

Que soit béni (accompagné à la guitare) https://www.youtube.com/watch?v=GRuh6z5oGJI

Guéris ce pays.

O prends mon âme https://www.youtube.com/watch?v=UlmA_297mkU

Bénissez le seigneur https://www.youtube.com/watch?v=QrwuEBCjyqY

Mon seul abri c’est toi.

Les cieux proclament https://www.youtube.com/watch?v=aSrVdGafc0s

Anciens chants d’Eglise.

Tu es là. Raymond Fau.

Je cherche le visage.



Peuple de frères.

Taize
https://www.youtube.com/user/taize

Nada te turbe

Pas de plus grand amour https://www.youtube.com/watch?v=jmlJWNsxIvU

Chants pour les enfants et ceux qui leur ressemblent.

Prière du soir à l’ange gardien

Soeur Agathe 1, 2, 3 Dieu Trinité https://www.youtube.com/watch?v=d-N2ANbj-K0

Je suis né pour te louer : https://www.youtube.com/watch?v=9quc8_jwKYY

ll n’y a vraiment personne comme Jésus

Je te louerai – Chant de louange pour les enfants

Chants à Marie

Chercher avec toi dans nos vies.
https://www.youtube.com/watch?v=G_MrPKeS0-s

Notre-Dame des éclaireurs  https://www.youtube.com/watch?v=E-v-4j1-jMEC

L’espérance https://www.youtube.com/watch?v=_ts48s_kMjI

https://www.youtube.com/watch?v=owx0kA0ZVCM&list=PLO7kxn43q4FCzvgTeOPJjlAAJB8BcfB8Q

Couronnée d’étoiles   https://www.youtube.com/watch?v=mAaqi9sir7w

Gianadda : Dans le Ciel nous avons une Mère https://www.youtube.com/watch?v=_K_OpTa9P-U

Musiques monastiques et grégoriennes

Choeur des Moines de l’Abbaye de Tamié – Salve Regina

Musical Aramaic rendition of the Our Father that moved the pope in Georgia


https://www.youtube.com/watch?v=rzSOObvRtNI

Divers

Flash Mob

A Lourdes, le « Notre Père » avec EXO
https://www.youtube.com/watch?v=QLQZpwPHxIs

Jesus love You. Tbilisi.
https://www.youtube.com/watch?v=rIncFASwrJY

Flashmob Bordeaux