« Suis-moi. » (Jésus-Christ)

Est-ce faire du prosélytisme que d’inviter des personnes à prêter attention au message de Jésus ?

Inviter des personnes à pardonner, est-ce faire du prosélytisme ? Inviter à rendre le bien pour le mal, à aimer son prochain comme soi-même, est-ce du prosélytisme?

« Devant un mal absolu, il faut répondre par un bien absolu » (Saint Jean-Paul II)

38 Vous avez appris qu’il a été dit : Œil pour œil, et dent pour dent.39 Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. https://www.aelf.org/bible/Mt/5

43 Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.44 Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent,45 afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. https://www.aelf.org/bible/Mt/5

Message de Gislaine Duboc: « Parce que je t’aime! je le/la hais .»

« Qui n’est pas contre vous est pour vous. »
http://evangeli.net/evangile/jour/2020-09-28

L’APPEL AU PARDON EST ENSEIGNE A L’EGLISE. (Homélie)

Lectures du jour: https://www.aelf.org/2020-09-13/romain/messe

Le discours sur la vie éternelle que la liturgie nous a donné d’écouter ces derniers dimanches s’achève sur l’appel au pardon : pardonner jusqu’au bout, pardonner jusqu’à une vraie folie du cœur.

Le pardon ne nie pas le tort subi, mais reconnait que l’homme, créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, est plus grand que le mal dont il est coupable.

L’apôtre Pierre demande à son maître Jésus : « Seigneur, quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je pardonner ? Jusqu’à 7 fois ? » Autrement dit, Pierre aborde le problème du péché et du pardon dans une perspective purement quantifiable : jusqu’à combien de  fois est-ce concevable ? Au-delà de 7 fois, la personne sera-t-elle alors considérée comme irréformable, quelqu’un à éviter ?

Il est vrai que dans toute relation, nous pouvons arriver à un moment critique de véritable saturation. On est tenté de penser « trop, c’est trop », on n’en peut plus et on risque bien de jeter l’éponge. Ceci se vit dans la vie conjugale, amicale ou encore communautaire y compris religieuse. Voilà comment nous envisageons la question du pardon comme un problème de limites. Or précisément, à ce sujet, Jésus dit à Pierre : « Je ne te dis pas jusqu’à 7 fois mais jusqu’à 70 fois 7 fois. »

La réponse de Jésus à Pierre vient en exact contrepoint de celle de Lamech dans l’Ancien Testament qui encourageait la vengeance, donc la violence. Or la violence engendre l’incommunication, le chaos, la mort. A l’inexorable montée de la violence, Jésus oppose dan s la montée parallèle et antagoniste du pardon qui rend possible la vie. L’homme ne peut pas vivre sans pardon. Nous avons tous besoin du pardon.

Que deviendrions-nous sans la miséricorde divine qui ne se lasse pas de pardonner et qui nous donne toujours l’occasion de recommencer à nouveau ? Que deviendrions-nous sans l’aide de tant de visages silencieux qui, de mille manières, nous tendent la main et qui, par des gestes très concrets, nous redonne l’espérance et nous aident à recommencer ? 

Quiconque a fait l’expérience de la joie, de la paix et de la liberté intérieure qui vient du fait d’être pardonné peut s’ouvrir à la possibilité de pardonner à son tour.

Pécheurs pardonnés, nous sommes appelés à devenir missionnaires de la miséricorde. Le pardon est la seule arme que nous possédons, la seule arme contre l’absurde. Chacun a vécu des choses terribles. Le pardon n’est pas oubli du passé, il est le risque d’un avenir autre que celui imposé par  le passé ou la mémoire. Mais plus encore, le pardon libère les cœurs et crée une vie nouvelle. Celui qui pardonne avec sincérité se libère. Il est épanoui. 

Nous pouvons évoquer ici le geste posé par le Pape Jean-Paul II,en 1981, à l’endroit de celui qui voulait l’assassiner. En effet, le Saint Père était victime d’un attentat le 13 mai 1981 sur la place Saint Pierre de Rome. Un jeune turc, tireur d’élite, avait tiré sur le Pape. Trois mois après son hospitalisation, le Chef de l’Église catholique Romaine n’avait pas hésité à aller rendre visite à Ali Agca dans sa cellule. Le Pape a toujours montré l’exemple du pardon à la manière du Christ. « Devant un mal absolu, il faut répondre par un bien absolu » disait Jean-Paul II.

Mes frères, mes sœurs, nous savons qu’il y a des pardons qui ne sont pas faciles à vivre. Il en a d’autres  qui sont humainement impossibles à donner. 

Pardonner, est un Don. Oui, un Don à toujours demander à Dieu. C’est une participation à la vie divine. Car c’est Dieu qui est la source de miséricorde. 

Ce matin, nous sommes tous appelés à contempler le visage de la miséricorde qu’est Jésus. Ouvrons lui notre cœur afin que nous puissions pardonner sans compter, sans cesse. Amen! (Abbé Apollinaire Bounkazi – Salles (Chimay)

PARLER EN BIEN DES PERSONNES. (Anselm Grün : Croire ou vivre plus)

Nous savons que chez bien des gens la louange est souvent plus efficace que les critiques incessantes : quand on  doit éduquer des enfants, on sait quel peut être l’effet d’un compliment. Si, dans la louange, je dis du bien d’autrui, je l’éveille à la vie, j’attire le bien en lui. Certes la louange n’oublie pas qu’en l’autre existent aussi des aspects négatifs qui en aucun cas ne doivent être loués, mais la louange dit le bien en toute conscience et, en l’exprimant, l’amène à la vie. Car dans ce cas précis, ce qui est prononcé devient efficace. Dire, c’est actualiser quelque chose de l’idée exprimée, qui devient ainsi plus claire pour celui qui écoute et qui, par-là, peut agir sur lui. (…) dans chaque personne il y a toujours quelque chose que je peux louer, en dépit de ses faiblesses et de ses erreurs. En passant par-dessus ses côtés négatifs pour exprimer ce qui est positif en elle, je donne mon interprétation de sa personnalité. Cela ne changera rien à sa nature, mais en essayant de la voir autrement, je me transforme au moins moi-même.  …. Je loue l’autre tout empêtré qu’il soit dans ses fautes, … Je n’attends pas de lui qu’il se conforme à cette utopie de l’homme parfait.

(Croire ou vivre plus Mediaspaul Editions 2004 Page 79-80)

http://choralecsfa.canalblog.com/archives/2020/06/30/38403428.html

LOUER DIEU EN TOUTES CIRCONSTANCES.

Quand je loue Dieu,

 « Je peux faire abstraction de ma personne et regarder Dieu que je loue à cause de sa « justice équitable » (…) Je ne cours plus après la solution utopique, comme si je devais régler moi-même tous mes problèmes. En effet, dans la louange, je ne dénoue pas le problème, mais je me défais de lui : il n’a plus prise sur moi, si bien que quelque chose a changé. Parce que je ne suis plus obsédé par la disparition de mes difficultés, quelque chose s’est transformé en moi : je peux à présent vivre sereinement en leur compagnie. » (Anselm Grün : Croire ou vivre plus. Page 73)

Pardonne puisque tu es pardonné    (Homélie) Sur blog RESURGENCES :

21 septembre, on fête saint Matthieu. A cette occasion, je vous invite à l’écouter.

Saint Matthieu sème la bonne parole. Chacun est libre d’écouter ou de ne pas écouter. Tout chrétien est appelé à écouter et puis à semer la bonne parole de l’Évangile.

EVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT MATTHIEU  https://www.aelf.org/bible/Mt/1

en vidéos : https://topbible.topchretien.com/matthieu/S21/

Matthieu raconte l’appel des apôtres qui le suivront et construiront l’Eglise.

 18 Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs. 19 Jésus leur dit : « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » 20 Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.

Suivre Jésus est une réponse libre à un appel personnel de sa part. Suivre Jésus,  c’est accepter d’être embauché à sa suite. Beaucoup refusent d’aller jusqu’au bout de l’engagement de leur baptême et de leur confirmation.

Cantiques :

O’nel Mala – Pardonnez

Mannick, Jo Akepsimas – Zachée, descends de ton arbre

Un nouveau commencement « Jésus, de Nazareth à Jérusalem »  https://www.youtube.com/watch?v=j3y4ksThPjQ&list=RDj3y4ksThPjQ&start_radio=1&ab_channel=JesusLeSpectacleVEVO

Soyons toujours joyeux  https://www.youtube.com/watch?v=mtWXXdDgyrk&ab_channel=EmmanuelMusic-Topic


02 Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.   https://www.aelf.org/bible/Lc/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *